Primaire à gauche: Arnaud Montebourg veut "remettre à plat" l'Europe, "îlot des fous du monde"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Primaire à gauche: Arnaud Montebourg veut "remettre à plat" l'Europe, "îlot des fous du monde"

Publié le 05/01/2017 à 17:32 - Mise à jour à 17:36
©Philippe Desmazes/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Arnaud Montebourg a détaillé ce jeudi ses positions sur l'Union européenne, fustigeant un système qui va "à l'inverse de ce que toutes les organisations internationales préconisent" et appelant à "un nouveau traité de Rome"

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire organisée par le PS, a estimé ce jeudi sur France Inter que l'Union européenne se trouvait dans "l'îlot des fous du monde" sur le plan économique, fustigeant un "bloc conservateur". "Nous sommes aujourd'hui enlisés dans l'îlot des fous du monde", a déploré l'ancien ministre de l’Économie.

"On a le sentiment qu'on prend toutes les décisions à l'inverse de ce que toutes les organisations internationales préconisent, tout ce que les pays occidentaux font, et que tous les pays émergents organisent", a-t-il regretté, évoquant "le FMI, l'OCDE, qui partout dans le monde préconisent des plans de relance budgétaire".

Rappelant sa position en faveur d'un "nouveau traité de Rome" et "la remise à plat (du) compromis historique entre partenaires européens", M. Montebourg s'est placé dans l'opposition à "un bloc conservateur" qui défend selon lui "des positions totalement isolées par rapport au reste du monde" et "une position monétariste archaïque".

Le candidat socialiste a en revanche salué un "bloc réformateur qui veut sortir de l'austérité: l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Belgique".

Estimant que "les difficultés bancaires systémiques au plan européen" réapparaissaient, M. Montebourg a également évoqué la possibilité de "nationaliser une banque". "Pour moi, ce n'est ni un tabou, ni un totem obligatoire", a-t-il ajouté.

"Il s'agit de reprendre la main sur le secteur financier pour le mettre au service de l'économie réelle", a expliqué l'ancien ministre.

"La politique, qu'on a appelé de +facilitation bancaire+ de la banque centrale européenne ne s'est pas répercutée sur l'économie réelle. La preuve, c'est que nous sommes dans une économie très plate avec des problèmes de poursuite de la crise dans la zone euro", a-t-il justifié.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Nous sommes aujourd'hui enlisés dans l'îlot des fous du monde", a déploré Arnaud Montebourg.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-