Primaire à gauche: Cambadélis ne dit pas non

Conseil national du PS

Primaire à gauche: Cambadélis ne dit pas non

Publié le :

Dimanche 07 Février 2016 - 11:23

Dernière mise à jour :

Dimanche 07 Février 2016 - 11:25
A l'issue du conseil national du PS samedi à Paris, le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis n'a pas fermé la porte à une primaire, affirmant qu'il allait faire tout son possible pour qu'elle se tienne. Toutefois, il y a "beaucoup trop de préalables pour l'instant", a-t-il notamment déclaré.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Robert/Nossan/Sipa
-A +A

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis n'a pas fermé la porte à une primaire samedi 6, affirmant qu'il allait "se battre pour" sa tenue mais qu'il y avait "beaucoup trop de préalables pour l'instant". "Je veux, et je vais même me battre pour (la primaire), parce qu'un candidat unique de la gauche gagne la présidentielle, et que je ne fais pas l'impasse sur la présidentielle", a affirmé Jean-Christophe Cambadélis devant la presse à la Maison de la Chimie, à l'issue d'un conseil national du parti à Paris.

Mais "il y a beaucoup trop de préalables pour l'instant", a ajouté Jean-Christophe Cambadélis, soulignant que le cofondateur du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon ne veut pas y participer, que le patron du PCF Pierre Laurent considère impossible de "se mettre derrière" le président de la République François Hollande et que pour Clémentine Autain (Ensemble!), "seule la vraie gauche peut participer". "J'attends que les préalables tombent. Nous aurons un conseil national dans soixante jours et j'espère que d'ici là, j'aurai des réponses précises", a-t-il dit.

La question a été "abondamment évoquée" au cours des débats du conseil national du PS, consacrés à la feuille de route 2016 du parti. La motion B et la motion D, qui ont totalisé 28,5% et 9,5% des voix au Congrès de Poitiers en juin 2015, ont fait savoir leur souhait de voir le PS s'engager dans cette voie. "Nous sommes tombés d'accord sur le fait qu'une primaire de toute la gauche, désignant un candidat unique, une primaire sans préalable, serait le meilleur moyen de concourir dans les élections à venir", selon Jean-Christophe Cambadélis.

Le Conseil national a approuvé un amendement de la motion D proposant "la création d'une commission nationale d'organisation de la primaire de la gauche et de préparation de la présidentielle". Le point a été mis à l'ordre du jour du bureau national du PS lundi et Jean-Christophe Cambadélis recevra jeudi les représentants de l'appel à la primaire des gauches. "Ce n'est pas fermé (...) C'est la lumière de l'après-midi", s'est félicité auprès de l'AFP le chef de file de la motion B Christian Paul.

Le feuille de route prévoit le lancement à la mi-mars de l'"Alliance populaire" souhaitée par Jean-Christophe Cambadélis, et la tenue le 3 décembre d'une convention de la "Belle Alliance". Il confie au numéro deux du PS Guillaume Bachelay le soin de coordonner la rédaction de sept "cahiers de la présidentielle", destinés à alimenter les réflexions du futur candidat. Le PS entend par ailleurs formuler dix propositions sur le précariat en juin.

Les proches de Martine Aubry se sont abstenus sur le texte. "C'est une feuille de route hémiplégique, qui ne dit pas comment le parti fait pour contribuer aujourd'hui à ce que le gouvernement fasse avancer le progrès social et économique", a commenté auprès de l'AFP le député Jean-Marc Germain. "On souhaite que le parti prenne position sur la déchéance de nationalité, ça n'a pas été acté", a-t-il également regretté.

Le Conseil national a par ailleurs décidé de quitter La Rochelle où le PS tenait son université d'été depuis 1993 pour Nantes, "ville symbole de l'alliance du PS et des écolos", selon Jean-Christophe Cambadélis.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

Jean-Christophe Cambadélis a laissé entendre qu'une primaire de toute la gauche était envisageable.