Primaire socialiste: Macron n'y participera pas, malgré les appels de Valls et Cambadélis

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Primaire socialiste: Macron n'y participera pas, malgré les appels de Valls et Cambadélis

Publié le 08/12/2016 à 11:10 - Mise à jour à 12:58
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Emmanuel Macron, ex-ministre de l'Economie, leader du mouvement En Marche!, a affirmé ce jeudi son refus de participer à la primaire de la gauche. Il a opposé une fin de non recevoir face aux appels de Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis.

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a opposé ce jeudi 8 une fin de non recevoir aux appels à rejoindre la primaire organisée par le PS, affirmant ne pas vouloir "se perdre dans les chicayas de la primaire du Parti socialiste".

"Je suis clair depuis le début. On m'a beaucoup reproché quand j'étais ministre de ne pas être au Parti socialiste. Les mêmes aujourd'hui me demandent d'aller à cette primaire, M. Cambadélis par exemple", a déclaré sur BFMTV et RMC M. Macron, particulièrement remonté contre le Premier secrétaire du PS.

"Il y a 6 mois, 8 mois, M. Cambadélis, il disait quoi? Il disait M. Macron c'est un ministre d'ouverture. Alors, quand ça ne l'arrangeait pas, j'étais un ministre d'ouverture. Et maintenant qu'en effet ce rassemblement de progressistes que nous avons construit commence à leur faire peur, il faudrait qu'on aille se perdre dans les chicayas (les querelles) de la primaire du Parti socialiste", s'est insurgé l'ex-ministre de l'Economie.

"Tout ce discours de bien-pensance ou de moralisation ne prend pas en compte qu'aucun candidat de la gauche, indépendamment de moi, n'accède au second tour" de l'élection présidentielle à en croire les sondages actuels, a-t-il poursuivi. "Sortez-moi du jeu, il n'y a pas un candidat de la gauche qui gagne, qui puisse accéder au second tour. Il n'y en a pas un".

Interrogé dimanche 4 sur le refus d'Emmanuel Macron de participer à la primaire, Jean-Christophe Cambadélis, avait ironisé: "Je comprends Emmanuel Macron, il a toujours été désigné. Donc, il a un peu peur de ce type de sélection. Mais j'ai envie de dire: +Emmanuel, n'aie pas peur+. On ne peut pas devenir président sans débat et sans combat".

"Si j'étais un peureux, je n'aurais pas quitté le gouvernement, je n'aurais pas décidé -à l'époque on me disait que j'étais fou- de rassembler des Françaises et des Français sur une nouvelle base, et de prendre tous les risques, de démissionner de la fonction publique et d'aller à l'élection présidentielle", s'est emporté M. Macron.

"Je ne suis pas dans un appareil politique, je n'ai pas de financement public, je ne suis pas resté au gouvernement, tapi, pour préparer tout cela", a-t-il ajouté, visant Manuel Valls.
 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Emmanuel Macron a réitéré son refus de participer à la primaire de la gauche ce jeudi 8.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-