Punir l'antisionisme comme l'antisémitisme: le souhait de plusieurs députés

Punir l'antisionisme comme l'antisémitisme: le souhait de plusieurs députés

Publié le :

Lundi 18 Février 2019 - 14:48

Mise à jour :

Lundi 18 Février 2019 - 15:10
© JACK GUEZ / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un groupe de députés va annoncer mardi 19 une résolution ou une proposition de loi pour considérer l'antisionisme sur le même plan pénal que l'antisémitisme. Le projet est en gestation depuis plusieurs semaines mais émerge trois jours après l'agression verbale d'Alain Finkielkraut de la part de gilets jaunes.

Les parlementaires travailleraient depuis plusieurs semaines sur le texte, mais son annonce coïncide de manière troublante avec l'actualité: des députés de plusieurs bords politiques présenteront mardi 19 une résolution ou une proposition de loi reconnaissant comme un délit l'antisionisme au même titre que l'antisémitisme. C'est Franceinfo qui dévoile l'information.

Le président du groupe d'étude, le député LREM Sylvain Maillard, estime que "la haine d’Israël est une nouvelle façon de haïr les juifs".

La résonnance avec l'actualité est flagrante: samedi 16, en marge de la manifestation parisienne de l'Acte 14 des gilets jaunes, le philosophe et membre de l'Académie française Alain Finkielkraut a été pris à partie par des manifestants qui l'ont copieusement insulté. "Barre toi, sale sioniste de merde" a lancé notamment un gilet jaune.

Dans le droit pénal français, si l'antisémitisme est une circonstance aggravante des injures, rien n'est prévu pour l'antisionisme, c'est-à-dire au sens strict du terme l'opposition à l'existence d'un Etat juif en Palestine. Une position en apparence politique qui cache chez certains idéologues sévissant sur les réseaux sociaux un authentique antisémitisme, où l'antisionisme sert de bouclier juridique aux intéressés.

Lire aussi - Antisémitisme: Macron ne participera pas au rassemblement mardi 

Mais pour Sylvain Maillard, c'est la contestation même de l'existence d'Israël qui pose problème: "On peut critiquer le gouvernement d'Israël, mais pas remettre en cause l'existence même de cet Etat. Personne ne remet en question l'existence de l'Etat français ou de l'Etat Allemand".

On ignore pour l'instant si le choix du groupe sera porté sur une résolution (qui n'a pas de nature contraignante en droit) ou une proposition de loi, démarche plus longue à mettre en marche.

Mercredi 20, Emmanuel Macron sera présent au dîner annuel du Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France.

Voir aussi:

Antisémitisme: Mélenchon dénonce une "accusation ignoble" des "macronistes"

Pour BHL, l'antisémitisme est "au cœur" du mouvement des "gilets jaunes"

Les députés estiment que l'antisionisme est une forme d'antisémitisme.


Commentaires

-