Pyrénées: les éleveurs disent attendre les ours le fusil à la main

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Pyrénées: les éleveurs disent attendre les ours le fusil à la main

Publié le 26/09/2018 à 13:42 - Mise à jour à 13:56
© GEORGES GOBET / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Deux ourses slovènes doivent être lâchées "d'ici début octobre" dans les Pyrénées occidentales. Mais les éleveurs farouchement opposés à cette réintroduction assurent que "d'innombrables guetteurs armés ont investi la forêt".

"En Béarn, rive gauche comme rive droite de l’Aspe, d’innombrables anonymes se sont transformés en guetteurs, souvent armés". Les éleveurs pyrénéens promettent le déploiement d' une véritable armée aux autorités pour se protéger du retour des ours.

La FTEM, Fédération Transpyrénéenne des Eleveurs de Montagne Oloron, assure que depuis la nuit de lundi 24 à mardi 25 "les opposants aux réintroductions d’ours ont investi la forêt" et ont désormais choisi la "clandestinité" comme mode de contestation.

Des termes belliqueux qui sont selon l'association "la réponse des montagnards à un Ministre contraint de dissimuler les réintroductions d’ours tant elles sont anti-démocratiques et anti-écologiques".

Voir: Deux ourses vont être réintroduites dans les Pyrénées, colère en Béarn

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé jeudi 20 à Pau que deux ourses slovènes seraient lâchées "d'ici début octobre" dans les Pyrénées occidentales. Mais la date exacte (samedi 30 selon l'association) n'a pas été précisée et le ministre a également fait savoir qu'il ne se rendrait pas sur place.

A la réintroduction en grande pompe a été préféré la discrétion face à la colère des opposants, qui dénoncent les dangers pour les troupeaux. Le recours a un hélicoptère pour déposer les animaux en toute sécurité ne serait pas exclu. Ce projet de réintroduction de deux ourses - il ne reste plus que deux mâles dans le secteur - s'inscrit dans le cadre d'un "plan ours" publié en mai. Il avait été lancé par Nicolas Hulot.

"Si le ministre persiste, sur le terrain que les montagnards connaissent par cœur, ce passage en force dénoncé depuis deux décennies ne fera que des perdants"¸ prévient la FTEM.

Selon les résultats publiés jeudi d'une consultation publique sur internet organisée du 25 juin au 25 juillet par la préfecture des Pyrénées-Atlantiques et la région Occitanie, 8,9% des participants seulement ont émis un avis défavorable contre 88,9% de favorables, le reste des votes étant neutres ou nuls. Des chiffres auxquelles les éleveurs opposent "les 64% des habitants des villages de montagne du Béarn et du Pays basque hostiles aux introductions de plantigrades".

Lire aussi:

Pyrénées: une majorité favorable à la réintroduction de l'ours, selon les pouvoirs publics

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les éleveurs opposés aux ours affirment que "d'innombrables guetteurs armés ont investi la forêt".

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-