Réforme de la SNCF: le contenu de la loi interdit-il vraiment la privatisation?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Réforme de la SNCF: le contenu de la loi interdit-il vraiment la privatisation?

Publié le 18/04/2018 à 15:23 - Mise à jour à 15:41
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Emmanuel Macron a assuré dans son interview de dimanche que la réforme de la SNCF prévoyait des capitaux "100% publics" et "incessibles". La France insoumise a dénoncé ces propos, son amendement sur la question ayant été rejeté. Mais la ministre des Transports martèle que le projet de loi rend déjà impossible la privatisation.

La loi portant réforme de la SNCF a été adoptée mardi 16 en première lecture à l'Assemblée nationale, mais son contenu continue de susciter de nombreuses critiques, notamment quant à une volonté cachée du gouvernement de préparer la privatisation.

Il s'agit là d'un des principaux points de discorde. La SNCF doit en effet en vertu de ce texte passer du statut d'Epic (Etablissement public à caractère industriel et commercial) à celui de "société nationale à capitaux publics". Elle serait donc "soumise aux dispositions du code de commerce relatives aux sociétés anonymes, aux autres lois générales qui les régissent ainsi qu’aux autres dispositions particulières prévues par la loi".

Cela en ferait de facto une société de droit privé, ouverte à une éventuelle cession de ses parts.

Lire aussi: Réforme SNCF votée, les cheminots ont-ils perdu la bataille?

Mais l'exécutif martèle qu'il n'y a pas d'objectif caché de privatisation dans cette réforme. Face à Jean-Jacques Bourdin, Emmanuel  Macron a assuré qu'il était inscrit "dans la loi" que les capitaux de la SNCF seraient "100% publics" et "incessibles".

Une déclaration qui a fait bondir La France insoumise, dont l'amendement pour que "l'incessibilité" soit intégrée au texte a été rejeté. Le projet de loi (source Assemblée nationale), prévoit cependant que "le capital de la société nationale SNCF est intégralement détenu par l’État". Une règle qui semble à elle seule interdire qu'une entité privée acquiert tout ou partie de la SNCF. Mais le terme d'incessibilité est bien absent.

Voir: SNCF - Statuts, privatisation, concurrence: pourquoi les cheminots font-ils grève?

Il était pourtant bien présent dans l'étude d'impact publiée en mars suite au fameux rapport Spinetta: "la «nouvelle SNCF» pourrait ainsi être un groupe sous forme de sociétés dont le capital serait entièrement détenu par l’Etat et dont la loi consacrerait l’incessibilité des titres", peut-on lire dans ce document qui n'a cependant pas de valeur législative.

Le gouvernement aurait-il donc insidieusement "oublié" de consacrer l'incessibilité, laissant ainsi la porte juridiquement ouverte à la privatisation sans qu'une nouvelle loi soit nécessaire? Pas du tout selon la ministre des Transports Elisabeth Borne. Pour elle, l'incessibilité fait bien partie de l'esprit de la loi. Elle figure d'ailleurs dans l'exposé des motifs d'un des amendements présenté par le gouvernement lui-même (source).

Elle a déclaré qu'une loi qui prévoit que la SNCF est"intégralement détenue par l’État" suffit. En revanche, simplement interdire de vendre ces capitaux ne protégerait pas la SNCF d'une privatisation via une augmentation de capital.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Elisabeth Borne assure la réforme de la SNCF empêche sa privatisation.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-