Régionales: le PS annonce un référendum sur l'unité de la gauche

Auteur(s)
RT
Publié le 20 septembre 2015 - 11:28
Image
Jean-Christophe Cambadélis.
Crédits
©Philippe Wojazer/Reuters
Jean-Christophe Cambadélis est persuadé que la majorité du "peuple de gauche" est pour l'unité des gauches.
©Philippe Wojazer/Reuters
Afin de minimiser le risque d'une déroute aux élections régionales de décembre, le premier secrétaire du parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a annoncé samedi 19 l'organisation d'un référendum auprès des sympathisants de gauche en octobre. La question portera sur "Oui ou non à l'unité (de la gauche, NDLR) dès maintenant pour les élections régionales?".

C'est un pari aussi risqué qu'inattendu qu'a décidé de faire le PS. Afin de minimiser le risque d'une déroute aux élections régionales de décembre, Jean-Christophe Cambadélis a annoncé samedi 19 au soir l'organisation par son parti d'un référendum auprès des sympathisants de gauche en octobre. Le but étant de savoir s'ils sont favorables à une union entre le PS et les autres partis de gauche sur les deux tours des régionales.

La question portera sur "Oui ou non à l'unité dès maintenant pour les élections régionales?", a expliqué le premier secrétaire du parti socialiste, précisant que le référendum se déroulerait sur trois jours, du 16 au 18 octobre. Au niveau de l'organisation du vote, il y aura des urnes sur tous les marchés de France ainsi qu'un site internet dédié au scrutin. Ce dernier sera ouvert à tous les sympathisants de gauche. Ils n'auront qu'à laisser leurs noms, prénoms, adresses et emails afin que le PS puisse tout de même "avoir un minium de contrôle", a détaillé Jean-Christophe Cambadélis. "C’est le même système qui avait été utilisé pour le vote sur la Poste", a-t-il ajouté, cité par Le Monde. Enfin, un représentant de la Haute autorité du PS sera présent dans chaque département et suivra le déroulement du référendum.

Admettant qu'il y aurait sans doute moins de dix millions de votants, Jean-Christophe Cambadélis a assuré que le nombre de participants n'était pas l'enjeu principal. Car il s'agit surtout de laisser l'électorat s'exprimer, a-t-il assuré, persuadé que plus de 70% des sympathisants de gauche (PS, EELV et Front de gauche) sont pour une unité.

Mais un résultat positif aura-t-il une quelconque incidence sur les forces de gauche autres que le PS?  Car écologistes et communistes ont pour l'heure refusé de s'associer aux PS dans la plupart des régions et s'apprêtent même à nouer des localement des alliances avec d'autres formations, comme le Parti de gauche.