Rentrée scolaire: le principal syndicat du secondaire appelle à la grève

Rentrée scolaire: le principal syndicat du secondaire appelle à la grève

Publié le :

Vendredi 26 Août 2016 - 18:05

Mise à jour :

Vendredi 26 Août 2016 - 18:05
©Valinco/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le Snes-FSU, premier syndicat des enseignants du collège et lycée, a appelé jeudi à la grève et à la "résistance pédagogique", à quelques jours de la rentrée scolaire. Il dénonce "l'empilement des réformes", notamment celle du collège.

La rentrée scolaire s'annonce "incertaine", a estimé jeudi 25 le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, appelant à la grève dès le 8 septembre contre la réforme du collège et invitant les enseignants à la "résistance pédagogique".

Il y a "une espèce d'incertitude qui plane sur cette rentrée", a déclaré Frédérique Rolet, secrétaire général du syndicat, lors de sa conférence de presse de rentrée.

Elle est "due à la mise en place notamment d'une réforme du collège qui se veut +holistique+ parce qu'elle concerne tout: le renouvellement des programmes sur quatre niveaux d'un seul coup, la mise en place de l'accompagnement personnalisé, les EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires, NDLR), le livret scolaire unique numérique, à la fin de l'année un nouveau Diplôme national du brevet", a-t-elle énuméré.

Frédérique Rolet a évoqué "un état d'esprit des enseignants marqué par beaucoup de lassitude devant l'empilement des réformes" et "un sentiment de gâchis" en cette dernière rentrée du quinquennat.

Depuis la loi de refondation de l'école de 2013, "on a l'impression que très vite le soufflé est retombé, la mise en œuvre ne suivait pas", a-t-elle jugé, doutant que l'objectif des 60.000 créations de postes soit atteint. Mme Rolet a dénoncé "un fossé qui s'est creusé entre le gouvernement et les enseignants", avec "une perte de sens du métier". "Les professeurs sont très désorientés, ils ne savent plus ce qu'on leur demande".

Elle a critiqué "beaucoup de mesures extrêmement chronophages", comme la mise en œuvre pour la première fois en même temps des programmes de la 6ème à la 3ème, nécessitant de refaire toutes les préparations de cours.

Les enseignants sont "mécontents de leur salaire et leurs conditions de travail". Le plan de revalorisation progressif de leurs salaires, échelonné au-delà de l'élection présidentielle, "vient trop tard". Elle a pointé une "volonté du gouvernement de raccrocher le vivier électoral que constituent les enseignants", mais "beaucoup considèrent que ça ne lève pas le contentieux sur les questions de métier".

Le Snes appelle à la grève contre la réforme du collège et les conditions de rentrée, au sein d'une intersyndicale qui inclut FO, la GCT et Sud. Elle appelle aussi à organiser des assemblées générales dans les établissements le 31 août, jour de la pré-rentrée des enseignants, afin de "faire remonter les principaux problèmes rencontrés".

 

Les enseignants sont "mécontents de leur salaire et leurs conditions de travail".


Commentaires

-