Résultats législatives 2017: Valls, Le Pen, Mélenchon... les circonscriptions à enjeu national du second tour

Résultats législatives 2017: Valls, Le Pen, Mélenchon... les circonscriptions à enjeu national du second tour

Publié le :

Dimanche 18 Juin 2017 - 19:36

Mise à jour :

Dimanche 18 Juin 2017 - 20:36
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Ancien et actuel ministre, candidat à la présidentielle, personnalité nationale… Plusieurs circonscriptions sont à surveiller dès l'annonce des résultats, à 20h.

Avec le nombre de députés annoncé par les différents sondages publiés, la vague "En Marche!" s'apprête à rafler la majorité absolue à l'Assemblée Nationale. Cette situation met à mal de nombreux ténors, de droite comme de gauche, qui tentent de résister face à La République En Marche (les premiers résultats sont tombés et à lire sur FranceSoir en cliquant ICI, ainsi que la soirée électorale, minute par minute, avec notamment les résultats de tous les ténors ICI).

Plusieurs anciens ministres sont malmenés dans ces élections, comme l'ex-ministre de l'Education nationale Najat Vallaud Belkacem à Villeurbanne, qui est battu de 20 points par le candidat LREM. L'ancien Premier Ministre Manuel Valls est aussi dans une circonscription à surveiller, qui, dans la 1e circonscription de l'Essonne devance de seulement 8 points sa rivale LFI Faride Amrani. Tout comme Manuel Valls, Myriam El-Khomri (20,2%) n'a pas de confrontation avec un candidat LREM, l'ancienne ministre du Travail est tout de même devancée dans la 18e circonscription de Paris par le candidat LR, Pierre-Yves Bournazel (31,8%).  

De nombreux anciens candidats à la présidentielle, ayant perdu le 7 mai, ont lancé leur campagne pour espérer faire partie de l'opposition contre le président Macron. Marine Le Pen, par exemple, arrivé à la seconde place à la présidentielle, devrait normalement remporter la 11e circonscription du Pas-De-Calais où elle a obtenu 46,02% devant Anne Roquet (LREM) avec 16,43%. Autre ancien candidat à la présidentielle en lice pour devenir député: Jean-Luc Mélenchon. Le leader de la France Insoumise affronte Corinne Versini (LREM) après avoir éliminé le député socialiste sortant Patrick Mennucci, dès le premier tour.

Six ministres de l'actuel gouvernement Macron jouent leur poste ce dimanche 18. Parmis ces ministres qui risquent de perdre leur portefeuille, on retrouve Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires et député sortant, il s'est placé à la première place avec 34% des voix contre Gaëlle Nicolas (LR) et ses 18,10%.

Marielle de Sarnez, ministre déléguée aux Affaires européennes, a obtenu elle aussi une grande majorité des voix dans sa circonscription (6e de Paris), elle est au second tour contre son concurrent LR Francis Szpiner.

Dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, qui lui appartenait déjà en 2012, Christophe Castaner est dans de bonnes conditions pour l'emporter. Face à Léo Walter de la France insoumise, il avait obtenu 44,04% des voix.

Le second tour s'annonce comme une formalité pour l'actuel ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Lui, qui est arrivé en tête du premier tour avec 45% des voix, ne s'inquiète pas beaucoup de perdre face à son rival FN qui a obtenu 22,09% au premier tour.

Le jeune Mounir Mahjoubi (28,08%), secrétaire d'Etat au Numérique a battu à plate couture le secrétaire général du Parti socialiste Jean–Christophe Cambadélis, il se retrouve au second tour contre Sarah Legrain de la France insoumise qui a obtenu 20,84% des voix. 

Après les ministres, plusieurs pointes des partis politiques traditionnels tentent leur chance. C'est le cas de Gilbert Collard, député sortant de la seconde circonscription du Gard, est talonné de seulement 48 voix par la torera Marie Sara, étiquetté "En Marche!". 

Du côté du Front National, Florian Philippot est aussi dans la compétition. Alors que le bras-droit de Marine Le Pen avait échoué de quelques voix à se faire une place dans l'hémicycle, il est sur le point d'y arriver cette année. En effet, il est arrivé en tête au premier tour avec quelques voix d'avance contre Christophe Arend (LREM). 

La Republique En Marche met en difficulté de nombreux ténors de la vie politique qui espérait pouvoir faire partie de l'opposition.

Commentaires

-