Richard Ferrand: le parquet classe l'affaire sans suite

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Richard Ferrand: le parquet classe l'affaire sans suite

Publié le 13/10/2017 à 16:18 - Mise à jour à 16:32
© FRED TANNEAU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La justice a classé ce vendredi sans suite l'affaire Richard Ferrand. L'éphémère ministre de la Cohésion des territoires était soupçonné d'abus de confiance et d'escroquerie.

Le parquet de Brest a annoncé ce vendredi 13 classer sans suite l'affaire concernant Richard Ferrand et les Mutuelles de Bretagne. "Les infractions d'abus de confiance et d'escroquerie ne sont pas constituées, faute d'un préjudice avéré", a précisé le procureur de Brest, Jean-Philippe Récappé. Un classement sans suite qui serait notamment du à la prescription des faits.

Richard Ferrand a été mis en cause le 24 mai dernier par Le Canard Enchaîné. Selon l'hebdomadaire, les Mutuelles de Bretagne, dont M. Ferrand était le directeur général, avaient souhaité en 2011 louer des locaux commerciaux à Brest pour ouvrir un centre de soins et avaient choisi entre trois propositions celle d'une société immobilière appartenant à la compagne de M. Ferrand. Après une plainte de l'association anticorruption Anticor, le parquet de Brest a ouvert début juin une enquête préliminaire sur cette affaire.

Celle-ci avait coûté à ce compagnon de la première heure d'Emmanuel Macron son siège de ministre de la Cohésion des territoires.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Le parquet a notamment évoqué la prescription des faits.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-