Richard Ferrand soupçonné d'avoir favorisé sa femme dans une affaire immobilière: des similitudes avec le "Penelopegate"?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Richard Ferrand soupçonné d'avoir favorisé sa femme dans une affaire immobilière: des similitudes avec le "Penelopegate"?

Publié le 24/05/2017 à 10:57 - Mise à jour à 11:03
© CHARLES PLATIAU / POOL/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Richard Ferrand, ministre de la Cohésion des territoires, et fidèle de la première heure d'Emmanuel Macron, se retrouve au centre d'une polémique révélée par "Le Canard enchaîné". Il lui est reproché d'avoir favorisé sa femme sur un marché lorsqu'il dirigeait une mutuelle.

Pour Richard Ferrand, le ministre de la Cohésion des territoires, il n'y aucune illégalité. Il est pourtant accusé dans l'hebdomadaire Le Canard enchaîné d'avoir choisi d'installer en 2011 les bureaux des Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait, dans les locaux d'une SCI appartenant à sa femme. Plus gênant encore, la SCI en question aurait été créée précisément pour répondre à ce marché, et Mme Ferrand, la gérante, a réussi à obtenir un prêt couvrant intégralement l'achat des locaux à louer, grâce à la garantie du marché issu des activités de son époux.

Le fait que l'affaire concerne une épouse d'homme politique de premier plan et implique son épouse, en plus d'être révélée dans Le Canard enchaîné, rappelle à s'y méprendre le "Penelopegate", l'affaire pour laquelle le couple Fillon est poursuivi.

Quelques points communs en apparence en effet. L'affaire repose sur le pouvoir présumé du mari pour profiter aux intérêts financiers de sa femme. Mme Ferrand a en effet pu se constituer grâce à cette opération un patrimoine financier quasiment sans risque, et sans rien avancer car ayant obtenu un prêt bancaire.

Mais derrière cette apparence, quelques grosses différences demeurent. Tout d'abord, Richard Ferrand n'était pas le seul décisionnaire du choix du prestataire pour les locaux des Mutuelles de Bretagne (on peut le soupçonner tout au plus d'avoir influencé la décision par sa position), là où François Fillon choisissait librement et seul ses collaborateurs.

Il ne s'agit également pas d'argent public, les Mutuelles de Bretagne étant un organisme privé (à but non lucratif). Penelope Fillon, elle, était payée par de l'argent public issue de l'enveloppe allouée aux parlementaires pour rétribuer leurs assistants.

Tertio, la prestation de la SCI de Mme Ferrand était réelle, les locaux existent, et les Mutuelles de Bretagne avaient besoin de nouveaux locaux pour étendre leur activité. Le travail réel de Mme Fillon, lui, est au centre des débats et la justice met clairement en doute la dimension concrète de la tâche d'assistante parlementaire de l'épouse du candidat LR en 2017.

Dernier point enfin, et dans l'attente de quelques éclaircissements, ce que révèle Le Canard enchaîné n'est pas foncièrement illégal si les procédures d'attribution (qui n'empêchent pas les conjoints de répondre à un marché privé) sont conformes. Les faits incriminés dans le Penelopegate, eux, s'apparentent à de l'emploi fictif et du détournement de fonds publics. François Fillon, son épouse et Marc Ladreit de Lacharrière (propriétaire de La Revue des deux mondes) ont d'ailleurs été mis en examen.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Richard Ferrand est un fidèle de la première heure d'Emmanuel Macron.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-