Ménard: ses affiches en faveur du TGV Occitanie font scandale (photos)

Ménard: ses affiches en faveur du TGV Occitanie font scandale (photos)

Publié le :

Lundi 11 Décembre 2017 - 12:49

Mise à jour :

Lundi 11 Décembre 2017 - 13:04
©Capture d'écran Twitter
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le maire de Béziers, Rober Ménard, a encore une fois fait polémique avec une nouvelle campagne d'affichage dans les rues de sa ville. Ses affiches ont particulièrement choqué et l'une d'elles ferait allusion à un fait divers sordide datant de juin 2017.

Robert Ménard fait une nouvelle fois parler de lui. Pour appeler à la mobilisation en faveur du TGV Occitanie, le maire de Béziers a lancé ce lundi 11 une nouvelle campagne d'affichage dans les rues de sa ville, suscitant encore une fois la polémique. Sur ces affiches, on peut notamment voir un squelette qui "attend toujours" le TGV ou une femme avec les jambes écartées avec, face à elle, un médecin lui demandant le moment où elle accouchera. Mais l'un des visuels a particulièrement choqué l'opinion publique.

Sur celui-ci, une jeune femme est ligotée sur des rails et crie à l'approche d'un train à vapeur: "avec le TGV, elle aurait moins souffert", est-il écrit en légende. Un visuel qui ferait référence, selon l'ancienne ministre du droit des femmes Laurence Rossignol, à un fait divers datant de juin 2017. Pour rappel, dans l’Eure-et-Loire, un homme avait tué sa compagne de 34 ans en l'attachant sur les voies à l'approche d'un train, avant de se suicider.

Sans grande surprise, cette nouvelle campagne d'affichage a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, à commencer par  la présidente de région, Carole Delga. "Votre nouvelle campagne est une honte! La recherche du buzz à tout prix vous fait tomber dans l'outrance la plus abjecte. Elle ne peut que desservir le combat que l'ensemble des élus de la région Occitanie mène pour les LGV", a-t-elle notamment déclaré lui demandant de retirer sa communication.

Même son de cloche pour l'ancien député socialiste Sébastien Denaja qui a demandé à la ministre Marlène Schiappa d'engager des poursuites judiciaires sans délai contre "l'odieuse campagne lancée par le maire de Béziers". Quant au mouvement féministe international FEMEN, il demande lui aussi des poursuites, déclarant que Robert Ménard récidivait "dans l'immonde avec sa nouvelle campagne d'affichage". 

La nouvelle campagne d'affichage de Robert Ménard a une nouvelle fois fait polémique.

Commentaires

-