"Sa porte est sacrée?": quand Mélenchon raille Griveaux

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"Sa porte est sacrée?": quand Mélenchon raille Griveaux

Publié le 07/01/2019 à 16:34 - Mise à jour à 16:57
© FREDERICK FLORIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

"Sa porte est sacrée? La République c'est sa porte?", s'est interrogé ce lundi Jean-Luc Mélenchon après que le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a été évacué samedi de ses bureaux rue de Grenelle à Paris après une intrusion violente de "gilets jaunes" avec un engin de chantier dans la cour du ministère.

Pour mieux se moquer de son adversaire politique, il s'est fendu d'un clin d'œil à des phrases que lui-même a prononcées. Jean-Luc Mélenchon s'est moqué de la réaction de Benjamin Griveaux après qu'il a dû être évacué de son ministère samedi 5 lorsque des Gilets jaunes ont enfoncé la porte avec un transpalette.

"Ce n'est pas moi qui ai été attaqué aujourd'hui, c'est la République, les institutions, la forme démocratique du gouvernement", avait en effet assuré Benjamin Griveaux après les faits. Une remarque qui a visiblement amusé le leader insoumis qui s'est fendu du tweet suivant: "Griveaux veut plus de respect pour la porte d'un ministère que Belloubet n'en eu pour celle de chez moi. Sa porte est sacrée? La République c'est sa porte?". 

Lire aussi - "Gilets jaunes": Griveaux dénonce la "capitulation morale" d'"une grande partie" de l'opposition

Un clin d'œil à deux formules qu'avait eu le député des Bouches-du-Rhône lors des perquisitions qui avaient eu lieu à son domicile et au siège de la France insoumise en octobre dernier et qui avait provoqué la colère du chef des Insoumis. "Ma personne est sacrée" et "la République, c'est moi!", s'était alors exclamé Jean-Luc Mélenchon. Des propos qui avaient valu à l'époque des moqueries à l'ancien candidat à l'élection présidentielle.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a dénoncé lundi "une capitulation morale et intellectuelle" et "l'esprit munichois" d'"une grande partie" de l'opposition dans la crise des Gilets jaunes, dont Jean-Luc Mélenchon, qui "a quitté le champ républicain".

Soulignant que le chef de file de La France insoumise n'avait "pas été capable de prononcer le nom d'Emmanuel Macron" pour appeler à voter pour le candidat LREM contre Marine Le Pen dans l'entre-deux-tours de la dernière élection présidentielle, il a dénoncé une "capitulation morale et intellectuelle de la part de Jean-Luc Mélenchon".

Voir:

"Gilets jaunes": Griveaux évacué après une intrusion dans son ministère

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Sa porte est sacrée? La République c'est sa porte?", s'est interrogé ce lundi Jean-Luc Mélenchon au sujet de Benjamin Griveaux.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-