Saint-Brieuc: la maire ciblée par des affiches sexistes qui l'accusent d'avoir "baisé" pour obtenir son poste

Attaque

Saint-Brieuc: la maire ciblée par des affiches sexistes qui l'accusent d'avoir "baisé" pour obtenir son poste

Publié le :

Mardi 17 Octobre 2017 - 20:24

Mise à jour :

Mardi 17 Octobre 2017 - 20:41
La maire de Saint-Brieuc, Marie-Claire Diouron (UDI), vient d'être victime d'une campagne d'affichage sexiste dans sa ville. Plusieurs affiches, placardées sur les murs, laissent entendre qu'elle aurait obtenu son poste actuel en usant de ses charmes.
©Capture d'écran Facebook
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors que la parole de plusieurs centaines de femmes s'est libérée suite à l'affaire Weinstein aux Etats-Unis, une élue française vient d'être victime d'une campagne d'affichage sexiste dans sa ville: il s'agit de la maire de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor), Marie-Claire Diouron (UDI), qui a succédé en juillet dernier à l'ancien maire Bruno Joncour. Ainsi, plusieurs affiches, placardées sur les murs de la ville, laissent entendre qu'elle aurait obtenu son poste actuel en usant de ses charmes. "Il a fallu baiser?", est-il écrit au-dessus d'une photo d'elle et de son prédécesseur.

Sans grande surprise, Marie-Claire Diouron a rapidement réagi à cette attaque sur les réseaux sociaux dénonçant le sexisme en politique. "Un mal dominant. J'ai décidé de porter plainte", a-t-elle écrit sur Twitter avant d'expliquer à France 3 Bretagne qu'elle ne pouvait pas laisser passer ce genre de propos. "Je suis élue depuis trois mois et on voit ce genre d'affiches dans la rue. C'est assez triste et diffamant. Il faut continuer à dénoncer ce genre de pratiques dont les femmes politiques peuvent faire l'objet".

Quant à Bruno Joncour, qui a depuis rejoint les bancs de l'Assemblée nationale, il a lui aussi condamné avec la plus grande fermeté les insultes dont elle a été victime en écrivant quelques mots sur le réseau social: "Pitoyable, lamentable, contestable, condamnable".

Cette histoire intervient alors que des centaines de femmes, victimes de harcèlement sexuel, ont témoigné ces derniers jours, des propos qui font écho à l'affaire Weinstein, le producteur américain accusé de harcèlement, agression ou viol. Pour rappel, le gouvernement a annoncé en début de semaine qu'il préparait pour l'an prochain un projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles.

Marie-Claire Diouron va déposer plainte.

Commentaires

-