Saint-Estèphe, Pomerol ou Dom Perignon: Jean-Marie Le Pen se faisait livrer des vins fins sur le budget du Parlement européen

Saint-Estèphe, Pomerol ou Dom Perignon: Jean-Marie Le Pen se faisait livrer des vins fins sur le budget du Parlement européen

Publié le :

Vendredi 05 Mai 2017 - 18:14

Mise à jour :

Vendredi 05 Mai 2017 - 18:16
Selon une enquête de Mediapart, Jean-Marie Le Pen a commandé pour 8.500 euros de bouteilles de vins prestigieux en faisant régler la note par le Parlement européen. .
© PASCAL GUYOT / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pomerol, Saint-Emilion, Saint-Estèphe, Saint-Julien, Margaux pour les grandes appellations de Bordeaux mais aussi de grandes maisons de champagne comme Krug, Dom Perignon ou Bollinger. En tout, plus de cent bouteilles de vins fins ont été livrées au manoir de Montretout, demeure de Jean-Marie Le Pen, à Saint-Cloud, pour la somme de 8.500 euros.

Toutefois, si tous ces alcools de renom sont bien arrivés dans les Hauts-de-Seine, la facture, en date du 28 décembre 2016, a été adressée... au Parlement européen. En effet, selon le journal Mediapart, le président d'honneur du FN a pioché dans une enveloppe de fonds publics, normalement mis à disposition des parlementaires pour couvrir des frais de secrétariat ou de représentation.

Si les services du Parlement n'ont pas souhaité commenter cette dépense, le journal d'investigation explique que pour les élus "non-inscrits", comme c’est le cas de Jean-Marie Le Pen, une enveloppe de 50.000 euros par an est attribuée dans le cadre de ces dépenses. Cela permet de couvrir l'achat de gadget coûtant moins de 100 euros pièce.

A noter que selon la facture que s'est procuré Mediapart, aucune des bouteilles achetées par le fondateur du Front national n'excède 100 euros, alors que sur le site du caviste certaines dépassent largement ce prix... Il aurait également demandé à ce dernier d'apposer des étiquettes spéciales en rapport avec le Parlement sur ses bouteilles.

Des bizarreries qui ont poussé le Parlement européen à lancer une série de "vérification" sur ces achats. Ce qui ne va pas arranger les relations déjà tendues entre l'instance et le parti d'extrêm-droite. 

Les services du Parlement n'ont pas souhaité commenter cette dépense.


Commentaires

-