Sarkozy blâme Morano et annonce que "Hollande c'est fini"

Sarkozy blâme Morano et annonce que "Hollande c'est fini"

Publié le 11/10/2015 à 11:34 - Mise à jour à 11:45
©Stephane Vansteenkiste/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dénonciation des propos de Nadine Morano, sans la nommer, et piques appuyées à ses rivaux pour 2017 François Hollande et Marine Le Pen: Nicolas Sarkozy a de nouveau fait un grand chelem, samedi 10 face aux militants LR de Paris.

François Hollande, Nadine Morano, et Marine Le Pen, ils en ont tous pris pour leur grade. Devant un peu plus d'un millier d'adhérents LR de la fédération de Paris Nicolas Sarkozy a lâché ses coups, samedi 10. Outre François Hollande, qui "est fini" selon lui, l'ancien chef de l'Etat a également lancé une pique appuyée à Nadine Morano, devenue sa meilleure ennemie au sein du parti suite à son éviction après ses propos polémiques sur la France "pays de race blanche".

"Vous êtes les bienvenus chez Les Républicains si vous aimez la France, vous croyez en la France, si vous parlez français, vous aimez la culture française, le mode de vie français", a ainsi rappelé le chef du principal parti d'opposition en référence aux propos tenus par son ancienne fidèle.

Nadine Morano a estimé, fin septembre à la télévision, que la France est "un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche"? Nicolas Sarkozy, sans la nommer, lui a répondu: "(Chez LR) vous êtes les bienvenus quels que soient votre couleur de peau, votre origine, votre religion, votre vote lors des dernières élections. (...) Nous aurons un projet fort qui jamais ne débordera les lignes des Républicains". Puis, beaucoup plus clair: "tant que je serai président de notre famille, personne ne portera le drapeau (…) en prétendant que la France, c'est une race".

Mais la députée européenne n'a pas été la seule cible du patron LR. "François Hollande, c'est fini", a ainsi notamment raillé Nicolas Sarkozy lors du même discours, avant d'ériger son parti au rang de "seule alternative au Front national" de Marine Le Pen dont il a dénoncé la "violence". Puis de conclure: "je ne veux pas que Les Républicains tombe dans la caricature, qui rend service à François Hollande et à Marine Le Pen".

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.

Soutenez FranceSoir dès 1€ >



PARTAGER CET ARTICLE :


"Tant que je serai président de notre famille, personne ne portera le drapeau (…) en prétendant que la France, c'est une race", a tancé Nicolas Sarkozy à destination de Nadine Morano.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-