Sarkozy vante son quinquennat "sans violence et sans drame": le vrai du faux

Sarkozy vante son quinquennat "sans violence et sans drame": le vrai du faux

Publié le :

Mercredi 29 Octobre 2014 - 16:05

Mise à jour :

Jeudi 06 Novembre 2014 - 17:28
Réagissant au décès du militant écologiste Rémi Fraisse, Nicolas Sarkozy est revenu sur son bilan lors d’un meeting à Marseille.
©Lilian Affret/Sipa
PARTAGER :

Maxime Macé

-A +A

En meeting mardi 28 à Marseille, Nicolas Sarkozy a vanté son bilan comme ministre de l'Intérieur et président de la République. Comme le rapporte Le Figaro, le candidat à la présidence de l’UMP a affirmé devant les militants marseillais: "j'ai été ministre de l'Intérieur quatre ans et président cinq ans, mais il n'y a pas eu de violence, pas de drame".

Une affirmation qui n’est pas tout à fait vraie. Le 27 octobre 2005, alors qu’il occupe la fonction de ministre de l’Intérieur dans le gouvernement De Villepin, deux jeunes de 15 et 17 ans, Zyed et Bouna, perdent la vie dans un transformateur EDF à Clichy-sous-Bois (Seine Saint-Denis) alors qu’ils tentent d’échapper à un contrôle de police. Muhittin, un troisième garçon, est grièvement brûlé. S’en suit près d’un mois d’émeutes urbaines dans les banlieues françaises au cours desquelles quatre personnes décèdent. Plusieurs centaines de personnes, policiers, riverains et émeutiers sont blessés et les dégâts matériels se chiffrent à plus de 50 millions d’euros.

Début 2006, lors des manifestations contre le contrat première embauche, alors que Nicolas Sarkozy est toujours en fonction place Beauvau, un manifestant syndicaliste tombe dans le coma suite à des violences policières.

En novembre 2007, à Villiers-le-Bel, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Moushin Sehhouli, 15 ans, et Laramy Samoura, 16 ans, sont tués dans la collision de leur moto-cross avec une voiture de police. Cet accident provoque plusieurs nuits de violences à dans cette ville du Val d'Oise.

Durant le mois d’octobre 2011, l’île française de Mayotte dans l’océan Indien est agitée par un mouvement social. Un manifestant de 39 ans, Ali El Anziz, meurt au cours d'affrontements avec les forces de l'ordre à Mamoudzou. L'enquête conclut à une perforation du cœur dû à "des gestes de massage cardiaque inappropriés". Quelques jours plus tôt, un enfant de 9 ans avait perdu un œil, touché par une balle de flashball.

Nicolas Sarkozy en meeting à Marseille, mardi 28 octobre.


Commentaires

-