Scandale Baupin: la presse dénonce "l'omerta" qui couvre souvent ce genre d'affaires

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Scandale Baupin: la presse dénonce "l'omerta" qui couvre souvent ce genre d'affaires

Publié le 10/05/2016 à 10:52 - Mise à jour à 10:56
©Witt/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Au lendemain du scandale Denis Baupin, la presse dénonce "l'omerta" "toujours à l'oeuvre" dans les affaires de harcèlement et d'agressions sexuelles. "Il faut partout refuser ce silence", s'insurge "La Croix" tandis que de nombreux journaux rappellent que "comme dans l'affaire DSK" beaucoup savaient et personne n'a parlé.

La presse quotidienne dénonce ce mardi 10 "l'omerta" qui couvre encore souvent les affaires de harcèlement et d'agression sexuelle dont est accusé le député écologiste Denis Baupin qui a démissionné lundi 9 de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale.

"L’omerta ? toujours à l’œuvre", estime dans La Croix Florence Couret qui y voit le moyen "en couvrant l’agresseur, de protéger l’institution, le parti ou l’entreprise dont il est membre". "Il faut, partout, refuser ce silence", ajoute l'éditorialiste du quotidien catholique. "Tout le monde savait depuis des années, personne n'a parlé" : Frédéric Vézard, dans Le Parisien dénonce "cette piteuse rengaine, souvent entendue après l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York" et qui "est revenue siffler hier aux oreilles de notre classe politique". De la même manière, Bruno Mège (La Montagne Centre-France) souligne que "comme dans l'affaire DSK, il apparaît que beaucoup +savaient+ et se sont tus par esprit de parti". "Cela étant (...) l'omerta est de plus en plus fragile et les mentalités ont changé", se réjouit-il.

"Il y en a quand même quelques-uns qui doivent regarder leurs godasses depuis hier (et) qui ont aussi des explications à donner", s'indigne Jean-Marc Chevauché du Courrier Picard en désignant "tous ceux à qui Isabelle Attard, Sandrine Rousseau, Elen Debost ont parlé ou tenté de lancer un cri d’alarme et qui ont raillé, détourné, étouffé" ces accusations. Dans La République des Pyrénées, Jean-Marcel Bouguereau y voit "un cas d’école (...) d’omerta politicienne" qui "aboutit à un cataclysme chez les Verts". Ces "donneurs de leçons en cette matière comme en tant d’autres vont devoir balayer devant leur porte". "Ce silence de plusieurs années prouve en tous les cas que les Verts n'échappent pas aux travers qu'ils reprochent aux partis traditionnels", estime Patrice Chabanet (Le Journal de la Haute-Marne).

Pour Libération, David Carzon pense que la parole "se libère chez des femmes responsables politiques pourtant bien au fait de ces problématiques et des mécanismes psychologiques qui conduisent le plus souvent à l’omerta". "Cette parole mérite aujourd’hui de ne pas tomber dans l’oubli, de ne pas être traitée à la légère", souhaite-t-il. Jean-Louis Hervois de La Charente Libre souligne que si "le monde politique est loin d’avoir l’exclusivité" du sexisme, de l’abus d’autorité et de tout l’arsenal de la tartufferie (...) il n’a pas d’excuse à présenter. D'autres éditorialistes voient, par ailleurs, dans la révélation de cette affaire un règlement de comptes politique. "Difficile de ne pas imaginer derrière le moment où éclate cette affaire quelques règlements de comptes politiques", écrit ainsi Bruno Dive dans Sud-Ouest. "A EELV comme ailleurs, les plus justes combats ne sont jamais loin des considérations tactiques, et briser l’omerta n’empêche pas les arrière-pensées", selon lui. Même analyse dans L'Union, où Hervé Chabaud remarque que "lorsqu’on sait les divisions profondes qui déchirent les Verts on ne peut pas exclure que des règlements de compte internes aient conduit à ce grand déballage consternant".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Accusé de harcèlement et d'agressions sexuelles, Denis Baupin a démissionné lundi de son poste à l'Assemblée nationale.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-