Scandale à la Fifa : Joseph Blatter égratigne Nicolas Sarkozy

Scandale à la Fifa : Joseph Blatter égratigne Nicolas Sarkozy

Publié le :

Dimanche 05 Juillet 2015 - 12:39

Mise à jour :

Dimanche 05 Juillet 2015 - 12:47
©Ruben Sprich/Reuters
PARTAGER :

B. Azaïs

-A +A

Le président de la Fifa, Sepp Blatter, a annoncé qu'il ne se rendrait pas au Canada pour la finale du Mondial de football féminin au journal "Welt am Sonntag"+
. Dans cet entretien, Blatter s'en prend également à Nicolas Sarkozy et dénonce la responsabilité de l'ex-chef de l'Etat dans l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022.

Lors d’une interview accordée au journal Welt am Sonntag, Sepp Blatter, le président de la Fifa, a indiqué qu’il ne se rendrait pas à Vancouver, au Canada, pour la finale du Mondial de football féminin. Profondément touché par l’affaire de corruption qui a remué l’instance internationale de football et provoqué l’arrestation de sept anciens et actuels dirigeants, Joseph Blatter a décidé de ne pas entreprendre de "voyages à risque": "Tant que tout n'est pas clarifié, je n'entreprendrai pas de voyage à risque".

Corruption, escroquerie et blanchiment d’argent, voila de quoi les dirigeants de la Fédération internationale de football association sont accusés. De quoi déstabiliser Joseph Blatter qui a annoncé en juin dernier qu’il remettait son mandat en jeu.

Dans cet entretien, Joseph blatter est revenu sur l’attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar. Selon lui, Nicolas Sarkozy n’y serait pas pour rien. "Il y a eu deux interventions d'ordre politique avant que la décision ne soit prise en faveur de la Russie et du Qatar. Celle de Nicolas Sarkozy, l'ancien président de la France et celle de Christian Wulff, l'ex-président fédéral allemand. Ils ont chacun essayé d'influencer leurs représentants à la Fifa. C'est pourquoi, aujourd'hui, nous allons avoir une Coupe du monde au Qatar. Ils ont œuvré pour que cela se fasse et ils doivent en endosser la responsabilité", a-t-il lancé. 

 

Sepp Blatter égratigne Nicolas Sarkozy dans une interview.

Commentaires

-