Ségolène Royal, énervante et inlassable battante

Ségolène Royal, énervante et inlassable battante

Publié le 21/01/2020 à 08:20 - Mise à jour à 09:46
CHARLY TRIBALLEAU / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

C’est en raison de sa prochaine éviction de sa mission d’ambassadrice des Pôles, que Ségolène Royal fait parler d’elle aujourd’hui. Fatigante pour ses proches collaborateurs, irritante pour ses adversaires, cette femme "ingérable", ex-conseilère de l'Elysées sous Mitterrand, un bail, continue d'être très populaire. Ce qui lui permet d'envisager tous les destins politiques. Jusqu' à la présidentielle de 2022?

 

Membre du parti socialiste depuis 1978, Mme Royal connait parfaitement les rouages et les bassesses du monde politique. Députée des Deux Sèvres (de 1988 à 2007), elle a connu la reconnaissance en occupant 5 fois un ministère :

  • Ministre de l’Environnement (1992-1993), gouvernement de Pierre Bérégovoy
  • Ministre de l’Enseignement scolaire (1997-2000) sous le gouvernement de Lionel Jospin
  • Ministre de la Famille, de l’Enfance et des personnes handicapées (2000-2001) sous le gouvernement de Lionel Jospin
  • Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (2014-2016), sous le gouvernement d’Emmanuel Valls
  • Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (2016-2017) sous le gouvernement de Bernard Cazeneuve

 

À lire aussi: Ségolène Royal dénonce les "concours infantiles de zizis" de Trump et Bolsonaro

Objectif: la présidentielle de 2022?

Femme politique de premier plan sur la scène hexagonale, Mme Royal est aussi connue des Françaises et des Français pour le couple qu’elle a formé pendant des années avec l’ancien président de la République, Mr François Hollande. Présidente de la région Poitou Charentes en 2004, Mme Royal fait preuve d’audace et d’originalité, ce qui l’amènera à se présenter aux élections présidentielles de 2007. Tout au long de la campagne, la socialiste engagée a fait jeu égal avec celui, qui devait la battre lors du second tour, Mr Nicolas Sarkozy. (53.06 % des suffrages contre 46.94 %).

Attaquée par les siens à l’issue de cette défaite (période où elle officialisera également sa séparation avec François Hollande), elle n’a jamais cru à sa disparition de la scène politique française, tentant à de nombreuses reprises de revenir sur le devant de la scène médiatique et politique. Toujours membre du parti socialiste, elle se rapproche d’Emmanuel Macron lors de son élection à la fonction suprême en 2017. 

Une couleur rose-verte qui sera un avantage 

Un rapprochement, que certains soupçonnent de n’exister que par l’ambition de Mme Royal de retrouver un strapontin ministériel. Et pourtant, déception, c’est en tant qu'Ambassadrice des Pôles, que Ségolène Royal est désignée. Une fonction dont elle use... pour prendre position contre le gouvernement. L’officialisation de son éviction, qui devrait intervenir sous peu, traduit le peu d’engagement de Mme Royal, sur la tête de laquelle pèse en outre la menace d’une éventuelle mise en examen.

Et pourtant, les partisans comme les adversaires de l’ancienne présidente de la région de Poitou Charentes soulignent que Mme Royal multiplie les efforts pour préparer un retour. Sa couleur rose -verte constitue une marque qui peut lui rapporter bien des suffrages. Et c’est bien vers les échéances de 2022, que tous les spécialistes se tournent. 15 ans après, Mme Royal rêve-t-elle encore d’être la candidate du parti socialiste pour les prochaines échéances électorales?  De ses débuts aux côtés de François Mitterrand, elle a sans doute appris qu'un "homme politique" n'est jamais fini... tant qu'il n'a pas atteint l'investiture supprême: la présidence de la république.

À lire aussi: Lycéens arrêtés à Mantes-la-Jolie: pour Ségolène Royal, "ça leur fera un souvenir" (vidéo)

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Ségolène Royal, en toute pour un retour ?

Fil d'actualités Politique