Sénatoriales: députée européenne, Michèle Alliot-Marie pensait pouvoir voter et se fait refouler de son bureau de vote

Oups

Sénatoriales: députée européenne, Michèle Alliot-Marie pensait pouvoir voter et se fait refouler de son bureau de vote

Publié le :

Mardi 26 Septembre 2017 - 12:32

Mise à jour :

Mardi 26 Septembre 2017 - 12:46
Michèle Alliot-Marie a été refoulée de son bureau de vote à Pau dimanche pour les élections sénatoriales. L'ancienne ministre ignorait que les députés européens ne font pas partie du collège électoral chargé d'élire les sénateurs.
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Faux pas démocratique pour l'un des plus beau CV de la Ve République à droite. Michèle Alliot-Marie, qui a été ministre des Affaires étrangères, de la Défense, de l'Intérieur et garde des Sceaux, s'est fait refouler de son bureau de vote situé à Pau pour les élections sénatoriales rapporte La République des Pyrénées.

En effet, celle qui est députée européenne pensait faire partie des grands électeurs chargés de voter pour élire les sénateurs. "Selon plusieurs témoins qui ont assisté à la scène, elle a découvert, à sa grande surprise, qu’elle ne figurait pas sur la liste des grands électeurs", écrit le quotidien. En effet, le collège électoral qui vote pour la haute assemblée ne comprend que les députés, sénateurs, conseillers régionaux, conseillers départementaux et délégués des conseils municipaux et non les élus européens.

Toutefois, l'ancienne ministre ne compte pas en rester là. "Nous avons envoyé un courrier au ministère de l'Intérieur, hier. Nous ne sommes pas dans une démarche agressive ou velléitaire, mais elle veut une explication", a expliqué son entourage à Franceinfo. Et d'ajouter: "Pourquoi les députés européens ne sont pas grands électeurs alors qu'ils peuvent parrainer les candidats à la présidence de la République? C'est intéressant de savoir". 

La majorité de droite au Sénat est sortie renforcée dimanche 24 des sénatoriales, marquées par un très fort renouvellement des élus et un premier revers pour La République en marche d'Emmanuel Macron, très loin de ses objectifs initiaux.

Choux blanc pour MAM qui pensait pouvoir voter aux élections sénatoriales.

Commentaires

-