Serein, Nicolas Sarkozy estime qu'il va "écrabouiller" ses adversaires à la primaire

Serein, Nicolas Sarkozy estime qu'il va "écrabouiller" ses adversaires à la primaire

Publié le :

Jeudi 28 Avril 2016 - 10:43

Mise à jour :

Jeudi 28 Avril 2016 - 10:48
©Vincent Kessler/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Alors qu'il maintient le suspense sur sa candidature à la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy envisagerait toutefois ce vote avec sérénité. "Je vais tous les écrabouiller" aurait-il assuré à un élu LR au sujet de ses futurs adversaires.

Nicolas Sarkozy n'est toujours pas candidat à la primaire de la droite mais il semble toutefois être en confiance. Selon le journal Le Parisien, l'actuel président des Les Républicains aurait glissé à un élu de son parti "je vais tous les écrabouiller" en parlant de ses adversaires à la primaire en marge d'un déplacement mercredi à Marseille.

Des propos qui ne sont pas sans rappeler une autre petite phrase glissée en mars dernier par l'ancien chef de l'Etat qui aurait dit au sujet du favori des sondages, Alain Juppé, "je ne vais en faire qu'une bouché", toujours selon Le Parisien.

Sa force: son ancienne fonction estime Nicolas Sarkozy, "moi, ma spécificité, c'est que j'ai été président de la République. Je sais comment ça se passe. Il faut que ça monte, il faut une dramaturgie. J'ai une petite idée du scénario. En tout cas, je connais la mélodie".

Quant à son calendrier, le patron des Républicains ne souhaite pas se presser pour annoncer sa candidature. "Pourquoi voulez-vous que je me déclare maintenant? Entre Geoffroy Didier et Rama Yade?", a-t-il ironisé face à la multiplication des candidats pour la primaire de la droite (ils sont actuellement 11 à se présenter, Rama Yade n'étant pas candidate à la primaire). A Nice, mardi 26, Nicolas Sarkozy avait assuré devant ses militants qu'il n'avait pas l'habitude "d'être en retard", signe que pour lui, le timing est plus important que la longueur de la campagne. Et d'ajouter par ailleurs selon RTL: "c'est quand même fascinant cette capacité chez certains à brûler les étapes!". Tout vient à point à qui sait attendre en somme.

Mais attendre aussi longtemps risquerait de lasser les électeurs potentiels. Il y a plus de six mois déjà, Alain Juppé taclait cette idée de son rival de ne pas se déclarer: "je suis bouleversé par le suspense intolérable que Nicolas Sarkozy maintient sur sa candidature à la primaire", ironisait alors le maire de Bordeaux, candidat déclaré dès la première heure.

 

Nicolas Sarkozy n'est toujours pas candidat à la primaire de la droite mais il semble toutefois être en confiance.

Commentaires

-