Sortie de l'Union européenne: quand Marine Le Pen change complètement son discours

Sortie de l'Union européenne: quand Marine Le Pen change complètement son discours

Publié le :

Mercredi 11 Octobre 2017 - 12:56

Mise à jour :

Mercredi 11 Octobre 2017 - 13:01
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Depuis sa défaite à la présidentielle, l'échec du Front national aux législatives et le départ de Florian Philippot, Marine le Pen semble ne plus vouloir sortir de l'Union européenne. Dans un entretien accordé à "Valeurs actuelles", à paraître jeudi, elle a évoqué le sujet.

Sortir de l'euro et restaurer la monnaie nationale, tel était le discours de Marine Le Pen lors de sa campagne présidentielle. Mais depuis sa défaite, l'échec du Front national aux législatives et le départ de Florian Philippot (qui rappelons-le prônait lui aussi le "Frexit"), la présidente du parti d'extrême-droite semble avoir changé d'avis sur de grands axes de son programme, et notamment sur la sortie de l'euro donc.

En effet, dans une interview accordée à Valeurs actuelles, à paraître jeudi 12, la fille de Jean-Marie Le Pen a tenu un discours beaucoup moins tranché qu'en temps normal. "Dans de nombreux domaines, on peut améliorer la vie quotidienne des Français sans quitter l'Europe, ni l'euro", a notamment déclaré celle qui voulait, il y a encore peu de temps, programmer un référendum sur l'appartenance de la France à l'Union européenne dans le cas où elle remportait la présidentielle face à Emmanuel Macron. Pour rappel, elle avait à l'époque affirmé sur Europe 1 que "70% de (son) projet ne pourrait être mis en œuvre" sans la sortie de l'euro.

Un son de cloche partagé par son mari, Louis Alliot. Invité ce mercredi 11 au matin au micro de Jean-Jacques Bourdin, il a évoqué le sujet en s'en prenant au passage à Florian Philippot. "Nous sommes des eurosceptiques. Le problème qu'il y avait sur l'Europe c'est que nous ne pouvions pas en discuter. Ça avait été préempté par une élite autoproclamée et quand nous arrivions dans les réunions pour en discuter, on ne pouvait pas. C'était monsieur Philippot qui décidait ce qui est bon pour l'Europe. Il décidait pour tout le monde".

Pour lui, l'important est de refonder l'Europe. "En tant que Français, nous sommes des Européens, comme les Espagnols, comme les Italiens. Je suis pour qu'on fasse un nouveau traité qui garantisse la souveraineté des États, l'indépendance de la France et dans la défense de cette souveraineté, la question économique et monétaire sera posée".

Le projet politique de Marine Le Pen semble avoir changé.


Commentaires

-