Stéphane Le Foll sur la crise des agriculteurs: "j'essaye de faire bouger les choses"

Interview

Stéphane Le Foll sur la crise des agriculteurs: "j'essaye de faire bouger les choses"

Publié le :

Jeudi 04 Février 2016 - 08:23

Mise à jour :

Jeudi 04 Février 2016 - 08:30
Stéphane Le Foll était ce jeudi matin l'invité de RTL. Le ministre de l'Agriculture s'est exprimé sur la crise qui gangrène ce secteur ainsi que sur la très controversée déchéance de nationalité pour les terroristes.
©Capture d'écran RTL
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Vous pouvez rester ministre?

"J'ai une responsabilité".

"Je suis ministre de la Forêt aussi".

"J'assume mes responsabilités. Hier soir c'était mon anniversaire, j'ai été invité par la fédération nationale des éleveurs bovins, j'y suis allé".

"J'ai parfaitement conscience dans cette crise profonde (...) que le ministre de l'Agriculture ne va pas être accueilli les bras ouverts, cela ne m'empêchera ni d'aller ni d'écouter".

 

L'agriculture française continue à s'enfoncer

"24 milliards de litres de lait sont produits en France par an".

"Les agriculteurs ont perdu autour de 15 à 20 centimes".

"Le marché chinois qui était celui qui devait absorber une grande partie de cette production n'est pas au rendez-vous".

"Donc on a un excédent d'offres".

"Face à cela on peut ne pas être content contre le ministre mais cela ne va pas changer".

 

Il faut être disponible à plein temps pour faire siège à Bruxelles

"Vous avez sûrement oublié quelques étapes, on a changé de politique agricole commune entre 2012 et 2013".

"La France, après un conseil des ministres en juin a demandé un conseil des ministres extraordinaire en septembre qui a débloqué 500 millions d'euros".

"Ce matin, un mémorandum a été déposé par la France".  

"Il ne s'agit pas de répéter qu'il faut faire le siège".  

"J'essaye de faire bouger les choses".

"Pour faire bouger les choses, il faut de la méthode, de l'organisation, il faut trouver des alliés en Europe".

 

Des blocages inhérents à la France

"Le Sénat a fait un certains nombres de propositions sur lesquelles je suis d'accord".  

"Augmenter les impôts aujourd'hui, c'est un sujet à manier avec beaucoup de prudence".

"On va trouver des accords, je vais reprendre un certain nombre de propositions du Sénat".

 

Le gouvernement propose la création d'apatrides

"Le gouvernement va proposer deux choses: un article qui va constitutionnaliser l'état d'urgence".  

"L'article 2 posait problème sur la question de la stigmatisation des binationaux qui n'est plus dans l'écriture de la réforme constitutionnelle".

"Dorénavant, comme l'avait demandé l'opposition, la peine qui condamne un terroriste pourra être complété par une peine de déchéance".

"Il y a eu un engagement du président de la République dans un congrès avec tous les députés et les sénateurs".

"Comment on passe d'un discours devant 700 à 800 parlementaires qui se lèvent et applaudissent à cette espèce d'incapacité à rester cohérent sur l'essentiel"?

 

La CGT appelle à la grève aujourd'hui, on a du mal à comprendre le rapport entre RATP et Goodyear

"J'ai du mal à comprendre comment on peut soutenir les salariés en mettant des milliers de salariés en difficulté toute la journée".

"Je ne vois pas comment expliquer cela". 

 

"Il ne s'agit pas de répéter qu'il faut faire le siège" de Bruxelles, assure Stéphane Le Foll au micro de RTL.

Commentaires

-