Stock-options Danone: Nicolas-Dupont Aignan accuse Muriel Pénicaud d'avoir "menti devant le Sénat"

Stock-options Danone: Nicolas-Dupont Aignan accuse Muriel Pénicaud d'avoir "menti devant le Sénat"

Publié le :

Lundi 31 Juillet 2017 - 10:42

Mise à jour :

Lundi 31 Juillet 2017 - 10:55
© Martin BUREAU / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nicolas Dupont-Aignan s'en ait pris ce lundi matin à la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Il l'accuse d'avoir "menti devant le sénat" au sujet de son opération boursière réalisée du temps où elle travaillait chez Danone.

Nicolas Dupont-Aignan a accusé ce lundi 31 au matin sur FranceInfo Muriel Pénicaud "d'avoir menti devant le Sénat" au sujet d'une opération boursière qu'elle avait réalisé en 2013 alors qu'elle s'occupait des ressources humaines de l'entreprise Danone.

Le leader de Debout La France y voit "un conflit d'intérêt grave". "J’estime qu’un ministre du Travail, qui va généraliser la précarité dans notre pays, qui s’est enrichi sur un plan social… si c’est cela l’image de la politique qu’on veut. On laisse passer une oligarchie qui s’est emparé du pouvoir, je trouve cela scandaleux!", a-t-il argumenté.

La ministre du Travail est accusée d'avoir réalisé une plus-value boursière d'un million d'euros effectuée lorsqu'elle était patronne des ressources humaines chez Danone au moment où le groupe s'apprêtait à supprimer 900 emplois.

Selon des chiffres du rapport financier annuel de Danone de 2013 cités par L'Humanité, Muriel Pénicaud a réalisé 1,129 million d'euros de plus-value le 30 avril 2013, en une journée, alors que Danone s'apprêtait à supprimer 900 emplois de cadres, dont 230 en France. La transaction portait sur un lot de 55.120 actions acquises 34,85 euros l'unité - cours de l'action en 2009, très inférieur à celui d'avril 2013 -, et revendues aussitôt 58,41 euros l'unité.

Le député de l'Essonne a profité de son passage à la radio pour expliquer pourquoi il s'était abstenu de voter le texte de loi sur la moralisation de la vie politique. "Je me suis abstenu parce que cette loi est très décevante. La montagne a accouché d'une souris", a-t-il déploré. Il a fait savoir qu'il l'aurait voté si le texte avait comporté la mesure sur l'obligation d'avoir un casier judiciaire vierge pour tout candidat à une élection.

Muriel Pénicaud a réalisé 1,129 million d'euros de plus-value le 30 avril 2013.


Commentaires

-