"Taxe Valls": Pécresse envisage un forfait Navigo à 80 ou 85 euros

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 20 juin 2016 - 17:58
Image
Valérie Pécresse.
Crédits
©Bertrand Guay/AFP
"Le passe Navigo à 70 euros par mois a été improvisé par la gauche juste avant les élections régionales", a dénoncé Valérie Pécresse.
©Bertrand Guay/AFP
Dénonçant le manque d'aides de l'Etat, la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a brandi la menace d'un forfait Navigo à 85 euros au lieu de 70 euros actuellement. Un surcoût qu'elle a baptisé "taxe Valls" et qui doit être étudié lundi lors d'une table ronde sur la viabilité su système.

Valérie Pécresse l'a surnommée la "taxe Valls". Selon la présidente de la région Ile-de-France, le passe Navigo pourrait voir son prix augmenter à 80 euros, voire 85 euros, du fait du manque de financement de la part de l'Etat, avance-t-elle dans une interview accordée au Parisien et publiée dimanche 19.

"On a une impasse annuelle de 300 millions d'euros. Le Passe Navigo à 70 euros par mois a été improvisé par la gauche juste avant les élections régionales et n’est pas financé. Le Premier ministre, Manuel Valls, l’a reconnu, ajoutant qu’il allait transférer des ressources fiscales pour nous aider. Le problème, c’est qu’on ne voit rien venir, alors que le budget 2017 est en cours de préparation…", a-t-elle déclaré

Une table ronde était donc organisée ce lundi 20 sur la viabilité d'un passe Navigo à 70 euros. Mais en amont, Valérie Pécresse a déjà prévenu qu'elle était favorable au maintien d'un tarif unique pour le passe navigo, mis en place en septembre 2015. Mais elle rappelle que: "son tarif d’équilibre est entre 80 et 85 euros selon le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif). Sans financement complémentaire du gouvernement, nous serons donc contraints d’instaurer une taxe Valls, entre 10 et 15€"!  Une appellation qui met donc directement en cause le Premier ministre.

Critique envers le passage à 70 euros pour tous lors de la campagne des régionales, Valérie Pécresse s'était tout de même engagée à "maintenir ce passe Navigo à tarif unique, mais sans augmenter les impôts", ne voulant pas "jouer avec le pouvoir d'achat des Franciliens". Elle prévoyait alors de le financer en coupant dans d'autres dépenses de la région.

"J’ai réussi à maintenir à bout de bras le Passe Navigo à 70 euros pendant toute l’année scolaire, avec une aide ponctuelle du gouvernement. Mais on ne peut plus continuer sans nouvelles sources de financement. Je ne voudrais pas avoir à mettre en place cette taxe, mais je suis obligée de tenir un discours de vérité", rétorque-t-elle dans Le Parisien.

Valérie Pécresse espère également que cet argent permettra de "financer de nouvelles lignes de bus, du matériel roulant neuf, plus de sécurité, de la vidéoprotection et le plan de modernisation que nous lancerons cet été. Les usagers ne peuvent plus continuer à voyager dans des bétaillères et des trains qui tombent en panne".

Selon le Stif, qui s'était exprimé avant l'entrée en vigueur du passe à 70 euros, le manque à gagner était évalué à 400 millions d'euros. Cette somme devait être compensée par 210 millions provenant d'une augmentation du versement "transport" acquitté par les entreprises, et des économies de fonctionnement faites par la région.

 

À LIRE AUSSI

Image
Une rame de métro à l'arrêt à Paris.
Internet, 4G, paiement par téléphone: le métro parisien bientôt à l'heure du numérique
Utiliser son smartphone à la place de son titre de transport, profiter de l’open data pour connaître le trafic en temps réel ou se connecter à internet dans le métro: ...
01 juin 2016 - 18:59
Lifestyle
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don