"Touche pas à mon église": l'appel signé par Sarkozy

"Touche pas à mon église": l'appel signé par Sarkozy

Publié le :

Jeudi 09 Juillet 2015 - 07:32

Mise à jour :

Jeudi 09 Juillet 2015 - 08:22
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

Nicolas Sarkozy, Éric Zemmour et Alain Finkielkraut, notamment, ont signé un appel intitulé "Touche pas a mon église" et paru mercredi 8 dans "Valeurs actuelles". Ils y vantent notamment les églises, "sentinelles de l'âme française", qui "incarnent la haute mémoire de notre pays".

La polémique semblait pourtant éteinte. La proposition du recteur de la Grande mosquée de Paris Dalil Boubakeur de transformer des églises en mosquées avait fait vivement réagir, à tel point qu'il avait fini par évoquer un quiproquo pour calmer le jeu. La polémique était donc retombée, jusqu'à mercredi 8, du moins, date à laquelle Valeurs actuelles a publié un appel intitulé "Touche pas à mon église". Un texte signé notamment par Nicolas Sarkozy, Éric Zemmour, ou encore Alain Finkielkraut.

La proposition de Dalil Boubakeur serait ainsi une "provocation" et une "offense", selon cet appel, qui n'hésite pas à avancer que le recteur de la Grande mosquée aurait "braqué les Français sur le sujet brûlant de l'Islam conquérant". Le texte vante à l'inverse ces églises, "sentinelles de l'âme française", qui "incarnent la haute mémoire de notre pays". Puis de conclure: "une église n'est pas une mosquée, et prétendre que +les rites sont les mêmes+ (Dalil Boubakeur avait présenté les rites des deux religions comme "voisins, fraternels", NDLR) relève d'un déni de réalité scandaleux (...). Le confusionnisme ferait planer une menace sur la concorde civile s'il n'était clairement récusé au sommet de l'Etat".

Valeurs actuelles publie également un sondage selon lequel 67 % des Français sont opposés à l'idée lancée par Dalil Boubakeur. De son côté le Conseil français du culte musulman a déclaré, par la voix de son nouveau président Anouar Kbibech, que "la mise à disposition d'églises pour les fidèles musulmans, si elle peut arriver ponctuellement à tel ou tel endroit, s'inscrit dans le cadre d'un geste fraternel, mais ce n'est pas une solution".

 

Une trentaine de personnalité ont signé cet appel.


Commentaires

-