Trajets courts en avion en France: bientôt interdits?

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 01 juin 2019 - 13:49
Image
Des avions de la compagnie Air France sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le 24 avril 2018 au nord de Paris
Crédits
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Plusieurs députés veulent interdire les vols intérieurs.
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Plusieurs amendements ont été déposés, notamment par le député LFI François Rufin, pour limiter les déplacements en avion. Les trajets intérieurs à la France pouvant se faire en train dans de bonnes conditions pourraient bientôt être bannis.

Prendre un vol intérieur en France fera-t-il bientôt des pratiques du passé ? Des députés ont en effet déposé des amendements à la Loi d'orientation des mobilités (LOM), dont le but serait d’interdire les vols sur des distances pouvant se réaliser en train dans un délai raisonnable (l’un des textes propose par exemple un trajet ferroviaire deux heures et trente minutes plus long que l’avion, au maximum).

Le député LFI François Rufin est l’un des promoteurs de cette limitation, expliquant par exemple qu’un Paris-Marseille en TGV rejette 50 fois moins de CO2 que le même trajet en avion.

Le projet de ces propositions est double: primo, réduire l’emprunte carbone des déplacements, le train étant effectivement bien moins polluant que l’avion. Secundo, assurer un retour du train dont le déclin, notamment via la concurrence des cars grâce à la libéralisation du marché, a entraîné la réduction du maillage territorial.

Lire aussi: La France interdit les Boeing 737 MAX dans son espace aérien

Cette réforme, qui pourrait rentrer en vigueur en 2021, serait sans doute efficace sur le plan environnemental mais reste floue malgré tout sur certaines questions. Que se passerait-il en effet pour les personnels qui travaillent pour de "petits" aéroports dont une bonne partie de l’activité reste une liaison avec d’autres villes françaises, notamment la capitale? Et cette interdiction concernera-telle aussi les vols en transit? Par exemple, un trajet long-courrier au départ de Lyon, Bordeaux ou Marseille passant par Paris nécessitera-t-il de rejoindre l’aéroport de la capitale en train, ce qui rendrait le déplacement bien plus complexe? La démarche politique s'inscrit en tout cas dans un contexte général de remise en cause de l'avion comme mode de transport, dont le trafic à l'échelle mondiale ne cesse pourtant de croître.

Voir aussi:

La direction d'Air France confirme son plan de 465 départs volontaires