Un assistant parlementaire peut "être payé à tricoter" selon Florence Portelli, porte-parole de François Fillon

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Un assistant parlementaire peut "être payé à tricoter" selon Florence Portelli, porte-parole de François Fillon

Publié le 02/03/2017 à 11:03 - Mise à jour à 11:43
© THOMAS SAMSON / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): ET

-A +A

Invitée de Jean-Michel Apathie sur BFMTV ce jeudi matin, Florence Portelli la porte-parole de François Fillon a voulu expliquer à l'animateur que les députés donnaient eux-mêmes du travail à leurs assistants parlementaires, maladroitement.

Chargée de défendre son candidat dans la matinale de BFMTV ce jeudi 2, Florence Portelli la porte-parole de François Fillon a fait une bourde qui n'a pas servi le Sarthois.

Questionnée par Jean-Michel Apathie sur les emplois présumées fictifs de la femme de François Fillon, de sa fille et de son fils à l'Assemblée nationale, la porte-parole du candidat LR a tenté de le défendre: "quand vous êtes collaborateur parlementaire ou quand vous êtes assistant parlementaire, vous pouvez même être payé à tricoter" a-t-elle expliqué à l'animateur.

Face à la réaction mitigée du journaliste, la maire de Taverny a tenté de rectifier sa phrase en bégayant quelque peu: "C'est ce que... Je ne dis pas que c'est bien. Mais ça veut dire que quand vous êtes député ou sénateur c'est vous qui décidez de ce que vous donnez comme travail à votre collaborateur parlementaire".

"C'est une pratique désolante" lui a répondu le journaliste avant de que Florence Portelli lui rétorque que c'est pourtant une pratique qui existe pour tout les parlementaires "même si on ne cite que François Fillon".

Soupçonné d'avoir employé sa femme et ses enfants fictivement en tant qu'assistants parlementaires, il a annoncé mercredi 1er mars qu'il serait mis en examen le 15 mars prochain.

Après cette annonce, beaucoup de ses soutiens se sont retirés de la campagne à l'image de Bruno Le Maire ou le parti de l'UDI.

Au plus mal dans sa campagne et loin de faire l'unanimité auprès des français, François Fillon sera en déplacement à Nîmes ce jeudi 2 pour essayer d'inverser la tendance.

(Voir ci-dessous un extrait de la matinale de BFMTV)

Auteur(s): ET


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Bientôt mis en examen, François Fillon est tout de même candidat aux élections présidentielles.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-