Une candidate Debout la France écartée des européennes, après des tweets racistes (vidéo)

Une candidate Debout la France écartée des européennes, après des tweets racistes (vidéo)

Publié le :

Jeudi 21 Février 2019 - 10:18

Mise à jour :

Jeudi 21 Février 2019 - 10:22
©Emmanuelle Gave/Facebook
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le parti de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France, a annoncé mercredi 20 qu'Emmanuelle Gave, présente sur sa liste en lice pour les élections européennes, était écartée. Cela fait suite à la révélation de certains tweets et messages jugés racistes.

Emmanuelle Gave, jusque-là candidate aux européennes avec Debout la France, a été écartée mercredi de la liste du parti de Nicolas Dupont-Aignan. Des tweets et publications Facebook jugés racistes ont en effet été découverts par l'émission Quotidien.

Cette découverte et un interview de l'ancienne avocate ont poussé Debout la France à immédiatement réagir et à indiquer par voie de communiqué que "la candidature d'Emmanuelle Gave ne sera pas validée par la commission d'investiture pour être sur la liste des élections européennes".

Emmanuelle Grave estimait par exemple que "les musulmanes (étaient) quasiment inemployables en tant qu'employées de maison ou nanny", dans un message visible par tous sur son compte Facebook.

A voir aussi: Nicolas Dupont-Aignan appelle à "ne pas laisser repartir vivants" certains députés LREM: une blague?

Interrogée par un journaliste de l'émission de Yann Barthès, elle a assuré n'être "absolument pas raciste" et avoir "eu tort sur ce coup là". Elle a ensuite expliqué qu'elle avait elle-même eu "une nounou algérienne qui (lui avait) fait les pires problèmes de la terre".

"Évidemment quand on met tout bout à bout, on finit par se dire: «Mais enfin c'est quoi cette fille, elle serait raciste, antisémite»", a concédé celle qui a aussi tweeté qu'il y avait "trop de Noirs dans les courses de 100m" en réponse à un papier du Monde sur l'omniprésence des personnes blanches dans le secteur de l'intelligence artificielle.

Aussi en mai 2018, elle se demandait ainsi si la liberté d'expression devait "pouvoir s’étendre à la réfutation de la Shoah".

Depuis mercredi, l'ancienne candidate tente de se défendre sur Twitter et Facebook. "Ce n'est pas un propos de haine que de penser que certaines femmes musulmanes voilées ne sont pas employables en ce que leurs voiles les coupent dans les écoles, au parc etc dans le service à l'enfance. Certaines personnes ne sont pas employables. Je persiste et signe", a-t-elle notamment affirmé sur son compte indisponible ce jeudi 21.

Elle a par la suite "pris bonne note" de son éviction des listes. "Comme l'a dit la poète Merci pour ce moment. Je leur souhaite bonne chance et que sera sera", a-t-elle finalement écrit.

Emmanuelle Gave est la fille du financier et partisan de la théorie du grand remplacement Charles Gave qui selon L'Opinion devait financer la campagne de Nicolas Dupont-Aignan à hauteur de deux millions d'euros. L'Opinion révélait aussi le 11 février qu'Emmanuelle Gave avait fait supprimer plus de 10.000 tweets controversés par une société spécialisée.

A lire aussi:

Lyon: une boulangerie retire "Mamadou", une pâtisserie au nom jugé raciste (vidéo)

Agression raciste d'un étudiant à Rennes par un prof au profil très "réactionnaire"

Quatennens (LFI): "Pas une bonne idée" d'intégrer l'antisionisme dans la définition de l'antisémitisme

Emmanuelle Gave a été écartée de la liste de Debout la France aux européennes après des publications sur les réseaux sociaux jugées racistes.

Commentaires

-