Une pomme et un jus de fruit: l'unique repas des policiers qui protégeaient Macron à Forbach fait scandale

Une pomme et un jus de fruit: l'unique repas des policiers qui protégeaient Macron à Forbach fait scandale

Publié le :

Vendredi 08 Septembre 2017 - 14:59

Mise à jour :

Vendredi 08 Septembre 2017 - 15:09
© PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Abdel Nahass, secrétaire départemental d'Unité-SGP-Police FO en Meurthe-et-Moselle, s'est insurgé ce vendredi contre la (toute) petite collation fournie aux agents de la Section d'intervention de Nancy lors de leur mission de protection d'Emmanuel Macron lundi à Forbach.

Le président Emmanuel Macron était lundi 4 septembre en déplacement à Forbach, en Moselle, pour assister à la rentrée scolaire des élèves de l'école Louis Houpert. Un important service de sécurité a été mis en place pour assurer sa sécurité et celle de toute sa délégation. Des agents de la Section d'intervention de Nancy ont ainsi été appelés en renfort pour assurer la protection du président. Mais tout ne s'est pas exactement passé comme prévu pour ces policiers.

Selon Abdel Nahass, secrétaire départemental du syndicat Unité-SGP-Police FO en Meurthe-et-Moselle, ces hommes "ont entamé leur journée à 3h30 du matin pour finir à 17h". Une dure journée qui aurait dû être ponctuée d'un repas consistant. Mais il n'en a visiblement rien été.

"Vers 10h on leur a servi une collation, avec une pomme, quatre petits gâteaux fourrés au chocolat, une briquette de jus de fruit et une petite bouteille d'eau de 50 cl. Les hommes pensaient qu'il s'agissait d'une petite collation avant un déjeuner plus complet, avec au moins un sandwich, mais ils n'ont rien vu venir. (…) C'est du foutage de gueule", a-t-il aussi ajouté auprès de RMC, avant de souligner que de telles missions demandent énormément de concentration et puisent dans les ressources physiques des policiers.

De plus, ils ont dû attendre la fin du service pour pouvoir aller s'acheter eux-mêmes quelque chose de plus consistant.

Le scandale n'a pas tardé à enfler après ces révélations. Surtout qu'en temps normal, les membres des forces de l'ordre "sur ce genre d'intervention ont droit soit à un vrai repas, soit à une indemnité repas de 15,25 euros".

La grogne des policiers, qui subissent "des économies de bouts de chandelles", ne cesse de grimper.

Les policiers appelés en renfort pour protéger Macron à Forbach, lors de la rentrée scolaire lundi, n'ont reçu qu'une petite collation sur leur journée de travail de 14 heures.


Commentaires

-