"Usine à ragots diffamatoires": Marine Le Pen annonce porter plainte contre l'AFP et l'un de ses journalistes

"Usine à ragots diffamatoires": Marine Le Pen annonce porter plainte contre l'AFP et l'un de ses journalistes

Publié le :

Mardi 11 Juillet 2017 - 16:00

Mise à jour :

Mardi 11 Juillet 2017 - 16:46
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Marine Le Pen a annoncé qu'elle allait porter plainte contre l'AFP ce mardi. Elle accuse l'agence de presse d'être une "usine à ragots diffamatoires" après la publication d'une dépêche concernant les débats en interne au Front national.

Marine Le Pen poursuit l'AFP de sa vindicte. C’est par un tweet rédigé personnellement que la présidente du parti d'extrême droite a annoncé ce mardi 11 au matin son intention de porter plainte contre l’AFP et le journaliste politique Guillaume Daudin, en charge du suivi du FN.

"Je poursuis l'AFP et Guillaume Daudin en justice. Cette agence est devenue une usine à ragots diffamatoires", a fait savoir sur Twitter la députée des Hauts-de-France. Le message de la présidente du FN intervient quelques heures à peine après la diffusion d'une dépêche de l'AFP titrée: "Au FN, une refondation sous menace judiciaire".

Dans cet article, le journaliste incriminé par Marine Le Pen met en lumière la méfiance de certains cadres frontistes quant aux affaires judiciaires qui ciblent le FN, en particulier celles liées au financement des campagnes électorales. "Il y aura du bleu marine à tous les étages, mais version police, et la direction sera décimée", a confié un proche de Marion Maréchal-Le Pen à l'agence de presse.

"Les juges d’instruction enquêtent sur un éventuel système FN pour rémunérer sur fonds publics des permanents comme assistants au Parlement européen", indique le même article. Le préjudice a été évalué à près de cinq millions d’euros depuis 2012.

Le dépêche dévoile également l'hostilité grandissante que porte les grands pontes du pârti envers Frédéric Châtillon et Axel Lousteau, anciens du GUD, proches de Marine Le Pen et poursuivis dans le cadre de l'affaire des kits de campagne du Front national. "C'est une vaste blague si Chatillon et Loustau sortent pas", après la refondation du FN, explique à l'AFP un proche de Florian Philippot.

"Pour un ancien conseiller, les écarter maintenant représenterait +un sacré risque+: sous couvert d'anonymat et sans avancer de preuves, plusieurs ex-collaborateurs FN interrogés par l'AFP pensent en effet que Marine Le Pen a pu +profiter+ de ce système mis en cause par les juges", écrit Guillaume Daudin. L'éventualité d'un enrichissement personnel a donc fait bonfir Marine Le Pen qui compte porter l'affaire en justice. 

Le journaliste incriminé par Marine Le Pen met en lumière la méfiance de certains cadres frontistes quant aux affaires judiciaires qui ciblent le FN.


Commentaires

-