Vague de froid: réunion à l'Elysée sur les mesures de prévention

Vague de froid: réunion à l'Elysée sur les mesures de prévention

Publié le :

Mercredi 18 Janvier 2017 - 08:16

Mise à jour :

Mercredi 18 Janvier 2017 - 08:18
Alors qu'une vague de froid frappe la France de plein fouet, une réunion à l'Elysée sur les mesures de prévention à appliquer doit ce tenir ce mercredi matin. Le gouvernement a déjà mis en place un "pilotage quotidien" pour anticiper les besoins dans les départements.
©Brian Snyder/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

La vague de froid s'invite ce mercredi 18 au matin à l'Elysée pour une réunion ministérielle sur les mesures de prévention à appliquer alors que des gelées très en deçà des normales de saison doivent s'étendre à tout le pays. Mercredi matin, il devrait faire entre -3 et -8 degrés dans les terres, -9 à -12 et parfois moins en montagne selon Météo France. -4 est attendu à Paris, où le thermomètre est descendu à -2°C mardi.

La pointe bretonne, jusqu'ici relativement épargnée, va cette fois elle aussi être saisie par ce froid hivernal: la région devait voir le mercure passer sous 0° (-1° attendu à Brest le matin contre 1° mardi). Ce froid glacial devrait persister jusqu'à jeudi, qui "pourrait être en moyenne la journée la plus froide" de cet épisode, a estimé mardi soir Etienne Kapikian, prévisionniste à Météo France. Ce "bon coup de froid", avec des températures de 5°C à 10°C en dessous des normales de saison, ne devrait toutefois pas être ni aussi intense ni aussi long que la quinzaine glaciale de février 2012, selon l'organisme de prévision.

Ce qui n'empêche pas les autorités d'afficher leur vigilance: le président François Hollande présidera ce mercredi à 8h45 une réunion ministérielle sur "la mise en œuvre du plan grand froid", en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve et des ministres de l'Environnement, du Logement, des Affaires sociales et de l'Intérieur Ségolène Royal, Emmanuelle Cosse, Marisol Touraine et Bruno Le Roux. Bernard Cazeneuve a plaidé mardi soir pour une augmentation des possibilités d'hébergement d'urgence, lors d'une visite au Samu Social à Ivry-sur-Seine.

Depuis samedi, le gouvernement a mis en place un "pilotage quotidien" pour anticiper les besoins dans les départements. En Gironde par exemple, 70 lits supplémentaires ont été mis à disposition, et le 115, les maraudes, pompiers, gendarmerie et police ont été renforcés. En Charente-Maritime, où un SDF est mort de froid fin décembre, 78 places additionnelles ont été prévues. A Lyon, c'est 200 places. En Indre-et-Loire et dans le Loiret, les maraudes ont été renforcées, comme en Ariège, où la température ressentie (sous le vent) devait atteindre -12°C. Le corps sans vie d'un SDF d'une cinquantaine d'années a été découvert mardi dans le jardin d'un pavillon de Seine-Saint-Denis, selon une source policière, qui a cependant précisé "ignorer si ce décès était dû à la vague de froid".

En Corse, la vigilance orange neige-verglas était maintenue au moins jusqu'à mercredi matin 6h. La circulation des poids lourds est restée interdite sur l'île. Mercredi encore, la majorité des établissements scolaires resteront fermés. Concernant l'approvisionnement électrique, la France sera suffisamment approvisionnée mercredi, mais la situation reste "sous forte vigilance" pour les jours suivants même si aucune coupure de courant n'est prévue à ce stade, a indiqué le gestionnaire RTE. "Par solidarité" la Ville de Paris a annoncé qu'elle réduisait sa consommation d'électricité pour limiter les tensions sur le réseau, en éteignant l'éclairage extérieur de 230 bâtiments publics dès mardi soir.

Le sud-est connaît en revanche une situation "assez préoccupante" pour son approvisionnement en gaz, du fait du quasi-arrêt des livraisons depuis l'Algérie, a prévenu le gestionnaire GRTgaz. La situation pourrait encore se tendre avec l'extension du froid vers l'ouest.

 

François Hollande présidera ce mercredi matin une réunion ministérielle sur "la mise en œuvre du plan grand froid".


Commentaires

-