Valls veut un "islam fort" pour lutter contre la radicalisation

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Valls veut un "islam fort" pour lutter contre la radicalisation

Publié le 21/03/2016 à 17:11
©Lilian Auffret/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Lors de la deuxième édition de "l'instance de dialogue" avec le culte musulman créée par le gouvernement en juin 2015 pour lutter contre la radicalisation, Manuel Valls en a appelé à un "islam fort" pour dissuader les candidats au djihad. Il compte également sur les responsables du culte musulman pour contrer la propagande fondamentaliste qui inonde les réseaux sociaux.

Le gouvernement veut pouvoir s'appuyer sur un "islam fort" pour lutter contre la radicalisation, thème central de la deuxième réunion ce lundi 21 de l'"instance de dialogue" avec le culte musulman.

Sans contester la "légitimité" du Conseil français du culte musulman (CFCM), les pouvoirs publics ont lancé en juin 2015 une "instance de dialogue" pour élargir le cadre du débat avec "un islam de France sunnite aux multiples sensibilités et sans hiérarchie cléricale", a souligné le Premier ministre Manuel Valls.

Pour la deuxième réunion, quatre mois après les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, un sujet a dominé naturellement l'ordre du jour: la prévention de la radicalisation. Quelque 150 responsables musulmans, recteurs de mosquées, imams, aumôniers, acteurs de terrain, militants associatifs et chercheurs ont été invités place Beauvau pour plancher sur ce phénomène "nouveau, complexe, protéiforme", selon les termes du chef du gouvernement.

Le Premier ministre a notamment rappelé les représentants de la deuxième religion de France à leur "responsabilité majeure": "lutter contre la radicalisation, c'est promouvoir un islam fort, républicain et professionnel, organisé". "Il y a plus que jamais urgence", a-t-il martelé.

Il a souligné l'ampleur du travail à mener, avec "plus de 2.000 Français ou résidents en France très directement concernés par les filières syriennes ou irakiennes", sans compter "des milliers de jeunes individus dans nos quartiers qui sont de près ou de loin séduits par cette radicalisation". Près de 1.600 jeunes tentés par le départ pour le djihad irako-syrien sont suivis par les cellules préfectorales, liées par conventions à diverses associations.

"Ce qui s'est passé à Molenbeek (commune de Bruxelles, NDLR), les images que vous avez vues, on peut le ressentir parfois dans certains de vos quartiers", a-t-il lancé à ses interlocuteurs musulmans, trois jours après l'arrestation du djihadiste Salah Abdeslam, qualifiée par Manuel Valls de "belle victoire dans la lutte contre le terrorisme", sur fond toutefois de "menace durable".

Le chef du gouvernement a semblé vouloir nuancer une petite phrase qu'il avait prononcée après les attentats du 13 novembre et qui avait fait couler beaucoup d'encre ("expliquer, c'est déjà vouloir un peu excuser"), en soulignant l'utilité des sciences sociales dans la prévention de la radicalisation.

"Il faut bien sûr chercher à comprendre, ce qui ne veut pas dire chercher je ne sais quelle explication", a-t-il martelé, faisant valoir que "les terroristes sont responsables de leurs actes, ils n'ont pas de circonstances atténuantes, ce sont des individus libres, qui avaient le choix".

Sur le lien possible entre islam et radicalité, il a notamment cité la thèse du sociologue Olivier Roy évoquant une "islamisation de la radicalité" et à rebours celle, "formidablement utile", a-t-il tranché, du politologue Gilles Kepel, qui voit dans le nouveau djihadisme "un épisode supplémentaire du déploiement de l'islam politique".

L’État, "qui ne s'occupera jamais de théologie", compte aussi sur les responsables du culte musulman pour contrer la propagande fondamentaliste qui inonde les réseaux sociaux.

En réponse, le président du CFCM, Anouar Kbibech, a redit son souhait de mettre en place un "conseil religieux" qui aura pour mission d'élaborer un contre-discours en réponse à la propagande fondamentaliste voire djihadiste sur les réseaux sociaux. Cette commission devra refléter "la diversité de l'islam de France", a-t-il fait valoir, une pierre dans le jardin des théologiens gravitant dans l'orbite des Frères musulmans qui ont mis en place leur propre "conseil théologique" dès le printemps 2015.

Le responsable de l'instance représentative du culte musulman (2.500 lieux) a également promis, sans entrer dans le détail, des "programmes éducatifs pluriannuels" dans les mosquées pour "immuniser" les jeunes et convertis face au "dévoiement du texte sacré".

Cette réunion devait être clôturée en fin d'après-midi par plusieurs annonces du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


"Ce qui s'est passé à Molenbeek, les images que vous avez vues, on peut le ressentir parfois dans certains de vos quartiers", a déclaré Manuel Valls.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-