Violences le 1er mai: Benalla dit avoir "trébuché" pendant la "chamaillerie"

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Violences le 1er mai: Benalla dit avoir "trébuché" pendant la "chamaillerie"

Publié le 25/10/2018 à 07:59 - Mise à jour à 08:03
©Naguib-Michel/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Alexandre Benalla ne regrette pas les violences commises le 1er mai place de la Contrescarpe, selon ses déclarations devant les juges révélées ce jeudi par Le Monde. L'homme réduit les faits à "une chamaillerie", "un geste technique", un autre "vigoureux" et reconnaît avoir "trébuché" à un moment donné.

Alexandre Benalla a été entendu le 5 octobre par les juges dans le volet pénal de l'affaire. L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron est mis en examen pour les violences commises le 1er mai place de la Contrescarpe.

Mais malgré les vidéos montrant son intervention musclée dont la nécessité est difficile à démontrer, il maintient avoir fait ce qu'il avait à faire, minimisant les violences et dénonçant un complot politique et médiatique, selon ses déclarations révélées ce jeudi 25 par Le Monde.

Alexandre Benalla ne regrette rien. "J’ai fait mon devoir de citoyen (...). Si c’était à refaire, je le referais de la même façon. Je suis fier de ce que j’ai fait", n'a-t-il pas hésité à déclarer aux juges. Selon lui, son intervention était justifiée par le climat de "guerre civile" qui régnait ce jour-là.

Voir: Affaire Benalla - après le selfie arme à la main, le parquet ouvre une enquête

Confronté aux images de son "intervention", il minimise la gravité des coups portés à grands renforts d'euphémismes. La balayette infligée à la jeune femme? "Un geste technique pour qu’elle s’assoie". Le coup porté de haut en bas sur le crâne de l'homme? Un geste certes "vigoureux", mais "il m’a tenu fermement, ma main est arrivée comme ça et elle a atterri entre son oreille et son épaule. Mon but était de le saisir, pas de lui mettre un coup", se défend Alexandre Benalla. Le moment où il marche violement sur la victime à terre: "J'ai trébuché sur lui", affirme-t-il.

A se demander pourquoi une enquête a été ouverte pour cette "chamaillerie", comme il qualifie l'empoignade. Mais l'homme a une explication: le complot politique et médiatique, rien d'autre: "La seule chose qui fait que je suis mis en examen et là aujourd’hui c’est parce que j’étais collaborateur du président de la République", soutient Alexandre Benalla.

Il considère qu'"une partie de la classe politique et des médias sont du côté des casseurs" et dénonce les organes de presse "qui affirment que j’ai un appartement de 300 mètres carrés, que je gagne 10.000 euros, que j’ai les codes nucléaires (affirmation en fait originaire d'un site parodique, NDLR), que je suis en relation avec des terroristes (théorie avancé par quelques sites complotistes), que j’ai rencontré Alexandre Djouhri (un de ses proches en réalité, selon Le Canard enchaîné)".

Lire aussi:

Affaire Benalla: le certificat médical du manifestant molesté antidaté par le médecin

Affaire Benalla: les juges s'intéressent à d'autres fuites potentielles d'images de la Préfecture

 

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Alexandre Benalla a minimisé devant les juges les violences commises le 1er mai.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-