Al-Qaïda dans la péninsule arabique: l'organisation qui a revendiqué l'attaque contre "Charlie Hebdo"

Al-Qaïda dans la péninsule arabique: l'organisation qui a revendiqué l'attaque contre "Charlie Hebdo"

Publié le :

Jeudi 15 Janvier 2015 - 13:08

Mise à jour :

Jeudi 15 Janvier 2015 - 15:58
©Capture d'écran vidéo
PARTAGER :
-A +A

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (connue aussi sous le nom d'Al-Qaïda au Yémen) a revendiqué les actes perpétrés par les frères Kouachi sur le territoire français. Cette organisation terroriste est considérée comme l'une des plus violentes et des plus dangereuses du monde.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) a revendiqué le massacre perpétré en son nom par les frère Kouachi à la rédaction de Charlie hebdo mercredi 7 janvier.  C'est actuellement, avec le front Al-Nosra qui officie en Syrie, la branche la plus dangereuse de la nébuleuse d'Al-Qaïda ("la Base" en arabe). Dans une vidéo postée mercredi 15 sous le nom de "message à propos de l’attaque bénie de Paris", Nasser Ben Ali al-Anassi, l'un des chefs de l'organisation yéménite, annonce que "les héros (les frères Kouachi, NDLR) ont été missionnés, ils ont promis et ils ont réussi".

Al-Qaïda dans la péninsule arabique résulte de la fusion des branches saoudiennes et yéménites d'Al-Qaïda en 2009, la première ayant été chassée d'Arabie Saoudite et ayant trouvé refuge au Yémen d'où est originaire le fondateur d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden. Les objectifs poursuivis par AQPA sont ceux de l'Al-Qaïda historique, la destruction du royaume saoudien et la lutte contre l'Occident et les Etats-Unis principalement.

L'organisation terroriste est placée sur la liste noire des Etats-Unis dès 2009, qui promet 10 millions de dollars de récompense pour toute information conduisant à la localisation de son chef, le Yéménite Nasser Al-Whaychi, et de sept  autres dirigeants du groupe. Al-Whaychi avait proclamé en juillet 2011 son allégeance à Ayman al-Zawahiri, nouveau chef d'Al-Qaida après la mort d'Oussama Ben Laden dans un raid des forces spéciales américaines en mai 2011 au Pakistan. 

Ces dernières années, Aqpa a ainsi revendiqué une série d'importants attentats, aussi bien au Yémen qu'à l'étranger, dont une tentative de faire exploser un avion de ligne américain le jour de Noël 2009. L'organisation terroriste jouit d'un climat très favorable pour s'étendre au Yémen, profitant d'une lente destruction de l'Etat depuis le départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, en février 2012. Depuis, le conflit qui oppose les tribus chiites et sunnites du Yémen permet un développement rapide de la puissance d'AQPA, notamment dans les zones montagneuses du nord du pays, bien que les membres importants  de l'organisation soient régulièrement pris pour cible par des attaques de drones américains.

Le groupe terroriste a appelé à plusieurs reprises ses partisans à s'en prendre à la France, engagée en Irak avec la coalition contre le groupe Etat islamique, mais aussi en Afrique contre des djihadistes. Une force d’attraction qui est également due à la revue anglophone Inspire, lancée par Aqpa en 2010 à destination du public non arabophone. En 2013, un numéro de cette revue diffusée sur Internet désignait Charb, directeur de publication et dessinateur de Charlie Hebdo tué mercredi, comme l’une des neuf "cibles" à "abattre" pour "crimes contre l’Islam".

Chérif Kouachi, l'un des assaillants de Charlie, a séjourné au Yémen où il a pu être approché par des membres d'AQPA. "On sait que Chérif y avait fait un séjour en 2011 et qu’il avait dans son environnement des individus connus pour avoir été formés au Yémen et se trouvant actuellement en Syrie et au Yémen", a confirmé vendredi dernier le procureur de Paris, François Molins. Selon des sources de sécurité yéménites, la présence du plus jeune des frères Kouachi a été signalée à plusieurs reprises entre 2009 et 2013, d’abord comme étudiant, puis dans des camps d’entraînement dans le sud et le sud-est du pays.

 

Nasser Ben Ali al-Anassi, un des dirigeants d'AQPA, a revendiqué l'attaque contre Charrlie Hebdo.


Commentaires

-