Attaque au gaz sarin à Khan Cheikhoun: l'ONU tient le gouvernement syrien pour responsable

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Attaque au gaz sarin à Khan Cheikhoun: l'ONU tient le gouvernement syrien pour responsable

Publié le 06/09/2017 à 16:48 - Mise à jour à 16:59
©Mohamed al-Bakour/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En avril dernier, la localité de Khan Cheikhoun, près d'Idlib en Syrie, a été frappée par des bombardements chimiques au gaz sarin, faisant plus de 80 morts. La communauté internationale avait rapidement imputé ce crime au gouvernement syrien. Mais l'ONU ne s'était pas prononcée jusque-là.

Le 4 avril dernier, la ville rebelle syrienne de Khan Cheikhoun, près d'Idlib, a été la cible d'une attaque chimique à base de gaz sarin, tuant plus de 80 personnes, dont une majorité de femmes et d'enfants. Rapidement, le régime de Bachar al-Assad avait été pointé du doigt et accusé d'avoir utilisé du gaz neurotoxique.

Quelques heures après, alors que des dizaines de victimes subissaient des souffrances insoutenables quand elles n'avaient pas succombé immédiatement à l'effet du gaz, le centre de la Défense civile syrienne, transformé en morgue improvisée, était détruit par une frappe aérienne.

La communauté internationale s'était érigée, en grande majorité, contre ce qui a tout de suite été qualifié de crimes de guerre. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avait procédé à des tests et prouvé de manière "irréfutable" que du gaz sarin ou une substance similaire avait été utilisé lors d'une attaque chimique présumée en Syrie début avril.

Mais l'ONU n'avait juste que là pointé aucun responsable nommément. Ce mercredi 6, le 14e rapport de la Commission d'enquête de l'ONU a donc indiqué pour la première fois que "les forces aériennes syriennes ont utilisé du gaz sarin, tuant plus de 80 personnes, la plupart étant des femmes et des enfants".

Le gouvernement syrien s'était défendu en assurant avoir frappé un dépôt d'armes chimiques. Mais après maintes et maintes analyses, l'ONU assure que "toutes les preuves disponibles permettent de conclure qu'il existe des motifs raisonnables de croire que les forces aériennes ont lancé une bombe dispersant du gaz sarin".

Concluant ensuite que "l'utilisation du gaz sarin à Khan Cheikhoun le 4 avril par les forces aériennes syriennes constitue des crimes de guerre".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Plus de 80 personnes sont mortes, dont une vingtaine d'enfants, dans les bombardements chimiques de Khan Cheikhoun.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-