Autriche: piégé pour ses liens avec la Russie, le vice-chancelier d'extrême-droite démissionne

Autriche: piégé pour ses liens avec la Russie, le vice-chancelier d'extrême-droite démissionne

Publié le :

Samedi 18 Mai 2019 - 18:09

Mise à jour :

Samedi 18 Mai 2019 - 18:09
© GEORG HOCHMUTH / APA/AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

L'Autrichien Heinz-Christian Strache, vice-chancelier d'extrême-droite, a rendu sa démission ce samedi 18. Il a été piégé par une vidéo tournée en caméra cachée dans laquelle il cherchait à financer son parti (le FPÖ) de manière occulte grâce à la fortune d'un oligarque russe.

Coup de tonnerre au sein de l'extrême-droite autrichienne: le vice-chancelier Heinz-Christian Strache a annoncé sa démission ce samedi après la publication d'une vidéo très compromettante dans les médias allemands.

"J’ai remis au chancelier Sebastian Kurz ma démission de mes fonctions de vice-chancelier et il l’a acceptée", a-t-il indiqué ce jour en assurant avoir été victime d'un "attentat politique ciblé".

Il a par ailleurs avoué avoir "fait une erreur" et qu'il ne voulait pas que celle-ci affaiblisse sa coalition. En outre, il a aussi annoncé qu'il déléguait la direction de son parti (le FPÖ) à l'actuel ministre des transports.

A voir aussi: Marine Le Pen: selfie avec son "allié", le suprémaciste estonien Ruuben Kaalep

En cause: une vidéo tournée en caméra cachée en 2017 et dévoilée vendredi 17 par plusieurs médias allemands.

Dans celle-ci celui qui n'était pas encore vice-président explique à une femme qui se présente comme la nièce d'un oligarque russe qu'il souhaite financer son parti de manière occulte et en plus de racheter un média autrichien puissant pour avoir une tribune.

Et ce n'est pas tout, il assurait à la femme qu'en retour de ce financement il se chargerait de lui obtenir des marchés publics au détriment même de l'entreprise autrichienne Strabag.

Une enquête a été ouverte  concernant cette affaire qui chamboule le petit monde de la politique européenne alors même que les élections arrivent à grands pas et que certains partis d'extrême-droite pourraient faire des scores historiquement hauts.

Le vice-chancelier autrichien a démissionné après avoir été piégé sur ses liens douteux avec la Russie.

Commentaires

-