Philippines: Daech veut s'emparer de Malabang et sème la terreur dans tout le pays

Philippines: Daech veut s'emparer de Malabang et sème la terreur dans tout le pays

Publié le :

Mercredi 24 Mai 2017 - 15:23

Mise à jour :

Mercredi 24 Mai 2017 - 15:35
©Photo AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Aux Philippines, les terroristes islamistes ont décapité ce mercredi le chef de la police de Malabang, dans la province de Lanao, en réponse à la loi martiale imposée par le président Rodrigo Duterte.

Alors que Daech est progressivement en train de perdre le contrôle de Mossoul en Irak, se pourrait-il que l'organisation terroriste ait déjà trouvé un nouveau califat? Des combattants liés à l'Etat islamique ont depuis quelques jours pris possession d'une ville côtière des Philippines, dans la province de Lanao: Malabang. Et ce mercredi 24, ils ont étendu leur emprise en s'en prenant aux forces de sécurité de la ville. Le chef de la police locale a été décapité par les islamistes au niveau d'un point de contrôle.

Mais les terroristes n'ont pas concentré leurs efforts que sur Malabang. Ils ont également accru le degré de violence à Marawi, ville de 200.000 habitants à majorité musulmane et située au nord du lac de Lanao, en faisant irruption en plein office au sein de la cathédrale et en prenant plusieurs otages, dont le père Chito Suganob.

Ces deux coups de force semblent résonner comme une réponse au président philippin Rodrigo Duterte qui a imposé mardi 23 la loi martiale dans la région de Mindanao, et envisage d'ailleurs de l'étendre à l'ensemble du pays. Son objectif est de mettre la main sur Isnilon Hapilon, le chef de la branche philippine de l'Etat islamique Abu Sayyaf.

A noter que la tête d'Isnilon Hapilon a été mise à prix par les Etats-Unis pour cinq millions de dollars.

Les islamistes détenant les otages ont menacé de réserver à tous le même sort qu'au chef de police de Malabang si "les forces gouvernementales lancées contre eux n'étaient pas rappelées", a déclaré via un communiqué le président de la Conférence des évêques des Philippines, Socrates Villegas.

En plus des prises d'otages, les combattants de l'EI ont aussi, selon le ministre philippin de la Défense Delfin Lorenzana, déclenché des incendies et autres actions violentes à Marawi et Malabang pour faire diversion.

Les rebelles islamistes ont riposté violemment à la mise en place de la loi martiale par le président philippin Rodrigo Duterte.


Commentaires

-