Bataille de Raqqa: des centaines de civils fuient la zone des combats entre les forces arabo-kurde et Daech

Bataille de Raqqa: des centaines de civils fuient la zone des combats entre les forces arabo-kurde et Daech

Publié le :

Mercredi 07 Juin 2017 - 12:48

Mise à jour :

Mercredi 07 Juin 2017 - 17:08
Des combattants arabes et kurdes syriens soutenus par les Etats-Unis sont entrés mardi dans la ville de Raqqa. La situation des civils enfermés dans la ville tenue par les djihadistes et ceux qui fuient les zones de combats inquiète.
© DELIL SOULEIMAN / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS), formées essentiellement par des combattants kurdes des YPG (milice d'auto-défense) et appuyés par des tribus arabes sunnites, ont attaqué ce mardi 6 les faubourgs de la ville de Raqqa en Syrie, "capitale" autoproclamée du califat de l'Etat islamique, la situation de civils prisonniers de la ville inquiète les ONG.

L'envoyé spécial du journal Le Monde sur place confirme que des centaines de civils fuient les zones de combats et celles encore occupées par les combattants de l'Etat islamique pour se réfugier dans des camps sommaires situés en zone kurde où l'aide humanitaire internationale arrive au compte goutte. L'exil est ralenti par les éventuels mines anti-personnelles placées par les combattants de Daech sur les accès menant à Raqqa dans leur retrait face à l'avancée des FDS.

Les forces kurdes et leurs alliés arabes sunnites essayent de canaliser ses flux de réfugiés afin d'organiser un tri et de rechercher des combattants de l'Ei qui s'y seraient glissés pour mener des attaques suicides ou des combats d'arrière-garde comme ce fut le cas dans les premières semaines de la bataille de Mossoul en Irak.

La ville de Raqqa est peuplée d’environ 400.000 habitants, y compris quelque 80.000 déplacés ayant fui d’autres régions de la Syrie depuis la guerre. Le risque d'une catastrophe humanitaire est réel comme le souligne plusieurs ONG installées dans la zone contrôlée par les Kurdes d'autant que l'exode semble difficile pour les civils.

En effet, la ville est presque entièrement encerclée par les FDS qui en contrôlent les accès nord, est et ouest. La partie sud de Raqqa est barrée par le fleuve Euphrate dont la traversée est rendue difficile voire impossible pour les djihadistes en raison de la couverture aérienne de l'aviation de la coalition. Les civils qui fuient les combats pourraient également être pris pour cible par mégarde.

L'intensification des bombardements de la coalition contre l'EI contre les positions djihadistes à Raqqa fait également redouter le risque de bavures contre les populations civiles comme c'est le cas en Irak à Mossoul. Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) des Nations unies s'est déclaré profondément préoccupé par la sécurité et la protection des civils qui fuient les combats.

Concernant la ligne de front, les forces de FDS semblent rencontrer peu de résistance dans les quartiers est qu'ils ont investit mardi à Raqqa. Il est fort probable que les djihadistes se soient replier sur une ligne de défense plus efficace à l'intérieur de la ville. De l'aveu des responsables de la coalition, la bataille risque de s'avérer "longue et difficile".

A Raqqa, des centaines de civils fuient les zones de combats pour se réfugier en zone kurde.


Commentaires

-