Bombardiers russes: deux avions interceptés au large de la Bretagne par des Rafale français

Bombardiers russes: deux avions interceptés au large de la Bretagne par des Rafale français

Publié le 05/10/2016 à 16:44 - Mise à jour à 16:53
©Alexander Nemenov/AFP FILES/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Nouvelle provocation de la Russie contre France. Deux bombardiers russes ont été arrêtés fin septembre avant qu'ils ne pénètrent dans l'espace aérien français, au large de la Bretagne.

Deux bombardiers russes de type Tu160 Blackjack ont été interceptés par des Rafale français au large de la Bretagne. Passé d'abord par la Norvège, puis par le Royaume-Uni, le passage de ces deux avions a provoqué la mise en alerte de quatre pays. En effet, après être passé au large de la Bretagne, les bombardiers se sont dirigés vers l'Espagne avant de repartir vers l'Irlande puis enfin la Russie.

A 9h13, la Norvège a détecté la présence de deux avions russes au nord de leur pays. Deux chasseurs F-16 de la flotte norvégienne ont accompagét les bombardiers au nord de l'Ecosse où ils ont été pris en charge par deux Typhoon britanniques. Le contournement qui est opéré par l'ouest de l'Irlande fait dérouter les avions russes vers la Bretagne.

Le service de presse de l'armée de l'air a déclaré dans un communiqué: "à 13h57, deux Rafale de la permanence opérationnelle de Tours décollent pour les intercepter à 100 kilomètres des côtes bretonnes. Ils escortent les Blackjack jusqu'au large de Mont-de-Marsan. (…) Deux Rafale de la permanence opérationnelle de Mont-de-Marsan prennent le relais à 14h33. Les deux avions russes mettent alors le cap à l'ouest en longeant la côte ibérique". Direction Bilbao pour les deux bombardiers russes où deux F18 espagnols ont remplacé les Français pour les accompagner en Irlande.

Cette énième provocation intervient quelques mois seulement après une première visite d'avions russes au large de nos côtes, en février dernier.

En France, en cas d'alerte, les avions en charge d'intercepter les appareils repérés se mettent à son niveau et tente d'établir une communication visant à leur indiquer le chemin à suivre. Mais si l'avion ne répond pas ou est jugé inquiétant et menaçant, seul le Premier ministre à l'autorisation de donner l'ordre d'abattre l'appareil opposant.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


La présence des deux bombardiers russes ont provoqués la mise en alerte de quatre pays en quelques heures.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Politique




Commentaires

-