Brexit: Boris Johnson accusé de manipuler le calendrier parlementaire

Brexit: Boris Johnson accusé de manipuler le calendrier parlementaire

Publié le :

Mercredi 28 Août 2019 - 14:52

Mise à jour :

Mercredi 28 Août 2019 - 15:09
© Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Boris Johnson a demandé ce mardi à la reine de modifier le calendrier parlementaire en septembre et octobre. Les députés britanniques n'auraient alors plus le temps de s'opposer à un Brexit dur.

L'opposition dénonce une manœuvre pour empêcher les députés britanniques de s'opposer à un Brexit sans accord. Boris Johnson a annoncé ce mercredi 28 qu'il avait demandé à la reine Elizabeth II pour lui demander de suspendre le Parlement dès la deuxième semaine de septembre et jusqu'au 14 octobre.

Il ne resterait donc alors plus que deux semaines consécutives aux parlementaires pour discuter des modalités du Brexit, qui doit intervenir le 31 octobre. Un délai qui rend difficile la possibilité pour les députés qui seraient opposés à un Brexit "dur" (sans accord entre le Royaume-Uni et l'Union européenne) de présenter et voter un projet de loi différent.

Voir: Brexit - Macron et Johnson affichent un ton plus conciliant

"Si, comme je l’espère, un accord avec l’UE est imminent, le Parlement aura la possibilité d’adopter la loi sur l’accord de retrait nécessaire pour la ratification avant le 31 octobre", a déclaré Boris Johnson, qui par la même met la pression sur l'UE pour que la prochaine proposition d'accord soit la bonne.

Le Premier ministre britannique a cependant invoqué l'intensité du travail parlementaire cette année, plus de 340 jours de débats contre 250 habituellement. "C’est un scandale et une menace à notre démocratie", a réagi Jeremy Corbyn, le chef du Labour, le principal parti d’opposition. "A moins que les députés ne s’unissent pour l’en empêcher la semaine prochaine, aujourd’hui entrera dans l’histoire comme une sombre journée pour la démocratie britannique", a réagi sur Twitter la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon.

Lire aussi:

Macron nomme Sylvie Goulard, "Européenne convaincue", à la Commission

La manoeuvre de Boris Johnson pourrait empêcher les députés de s'opposer à un Brexit "dur".


Commentaires

-