Brexit: Le Royaume-Uni divisé, l'Europe impatiente

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Brexit: Le Royaume-Uni divisé, l'Europe impatiente

Publié le 27/06/2016 à 07:41
©Chris J. Ratciffe/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Après le vote en faveur du Brexit, la classe politique britannique est très divisée, et ne sait pas comment enclencher la suite. L'Europe est tout aussi sivisée sur le tempo à imposer au Royaume-Uni.

En pleine tempête post-Brexit au Royaume-Uni, le Premier ministre David Cameron réunit lundi son Conseil des ministres et les députés reprennent leurs travaux, quatre jours après le vote des Britanniques pour sortir de l'Union européenne.

Les premiers mots de M. Cameron depuis qu'il a annoncé vendredi sa démission, qui ne sera effective qu'à l'automne, seront scrutés de près, alors que son parti conservateur est en proie aux divisions.

Le parti travailliste est lui aussi en pleine tourmente. Son leader Jeremy Corbyn est très critiqué en interne mais a annoncé qu'il ne démissionnerait pas.

A l'extérieur, l'Union européenne, encore sous le choc, commence à s'impatienter et voudrait que la procédure de divorce s'engage rapidement, mais Londres compte prendre son temps.

Pour discuter des conséquences du Brexit, la chancelière allemande Angela Merkel doit recevoir lundi à Berlin le président du Conseil européen Donald Tusk, puis le président français François Hollande et le chef du gouvernement italien Matteo Renzi.

"Et maintenant?", titrait dimanche le Sunday Times, résumant l’atmosphère de malaise dans laquelle est plongé le Royaume-Uni depuis le référendum qui a exacerbé les divisions identitaires et politiques et dopé les ambitions sécessionnistes des nationalistes écossais.

"Le Royaume-Uni pour lequel l'Ecosse a voté pour rester en 2014 n'existe plus", a déclaré sur la BBC la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon. Elle souhaite un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Ecosse après celui de 2014, où le "non" l'avait emporté.

En raison du Brexit, "le contexte et les circonstances ont complètement changé", a estimé Mme Sturgeon, soulignant que si l'ensemble des électeurs britanniques ont voté à 51,9% pour sortir de l'UE, les Ecossais, eux, ont nettement voté (62%) pour y rester.

Le Brexit a aussi déclenché des guerres intestines dans les deux principaux partis politiques britanniques.

Accusé de ne pas s'être assez engagé dans la défense de l'UE pendant la campagne, le chef des travaillistes Jeremy Corbyn affronte une forte contestation.

La crise ouverte au sein du principal parti de l'opposition a éclaté lorsqu'il a limogé Hilary Benn, l'un de ses adversaires au sein du parti. Dans la foulée, onze responsables du Labour ont démissionné dimanche en signe de protestation.

Mais M. Corbyn, élu à la tête du Labour en septembre 2015 à la surprise générale mais avec un fort soutien populaire, a annoncé qu'il ne démissionnerait pas malgré les critiques.

"Je ne vais pas trahir la confiance de ceux qui ont voté pour moi, ni celle des millions de personnes à travers le pays qui ont besoin que le Labour les représente", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Toutefois une réunion houleuse l'attend lundi en fin de journée, lors de laquelle pourrait être examinée une motion de défiance à son encontre.

La tempête touche également depuis vendredi le parti conservateur, où la guerre de succession a démarré.

Selon le journal The Observer, l'ex-maire de Londres et chef de file des pro-Brexit Boris Johnson se prépare à lancer l'offensive sur le parti, mais les partisans du "Remain" (rester) seraient bien décidés à l'arrêter.

Signe d'un Brexit qui a du mal à passer pour une partie des Britanniques, en particulier chez les jeunes, la pétition réclamant l'organisation d'un deuxième référendum dépassait dimanche après-midi les 3,2 millions de signataires.

En plus de ses affaires internes, le Royaume-Uni doit gérer les demandes pressantes des dirigeants et responsables de l'UE d'accélérer un divorce dont M. Cameron veut laisser la gestion à son successeur, lequel sera nommé début octobre lors du congrès du parti.

Mais alors que Martin Schulz, le président du Parlement européen, a exhorté dimanche M. Cameron à entamer la procédure de sortie de l'UE dès mardi à Bruxelles, où démarre un sommet des chefs d'Etat et de gouvernements européen de deux jours, une source officielle européenne a déclaré que ce ne serait pas le cas.

"Nous nous attendons à ce que Cameron présente les résultats du référendum", mais "nous ne nous attendons pas, à ce stade, à ce que Cameron déclenche l'article 50", la clause du traité de Lisbonne qui enclenchera la sortie du Royaume-Uni de l'UE, a déclaré cette source.

Samedi, les ministres des Affaires étrangères des six pays fondateurs de l'UE avaient pressé Londres de démarrer le processus de sortie "dès que possible".

Et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a exprimé l'impatience de Bruxelles. "Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement", a-t-il dit.

C'est dans ce contexte délicat que le secrétaire d'Etat américain John Kerry se rend lundi à Londres. M. Kerry a déclaré dimanche que les Etats-Unis auraient souhaité voir le Royaume-Uni "prendre une autre direction".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-