Burkina Faso: mort du soldat français Samir Bajja dans un crash d'hélicoptère

Mort pour la France

Burkina Faso: mort du soldat français Samir Bajja dans un crash d'hélicoptère

Publié le :

Dimanche 30 Novembre 2014 - 15:12

Mise à jour :

Dimanche 30 Novembre 2014 - 15:19
Samir Bajja, un adjudant français des forces spéciales est mort samedi 29 dans la soirée au Burkina Faso, a annoncé ce dimanche le ministère de la Défense. Il s'agit du deuxième soldat français de l'opération Barkhane, lancée cet été, à trouver la mort.
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

L'adjudant Samir Bajja, 38 ans, est mort à la suite du crash de son hélicoptère lors d'un vol nocturne d'entraînement tactique, a annoncé ce dimanche le ministère de la Défense. L'accident est survenu ce samedi 29 aux alentours de 21h, au Burkina Faso.

"Le ministre de la Défense déplore la mort en opération de l’adjudant Samir Bajja (…). Natif de Nîmes et âgé de 38 ans, ce sous-officier aguerri (appartenait au) 4ème régiment d’hélicoptères des forces spéciales de l'armée de terre", a précisé le communiqué annonçant la nouvelle. Deux autres militaires qui étaient à bord de l'hélicoptère Caracal avec l'adjudant Samir Bajja ont été blessés lorsque l'appareil s'est écrasé, mais leur pronostique vital n'est "pas engagé".

Par le biais de ce communiqué officiel, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian "salue l'engagement courageux de l’adjudant Samir Bajja. Engagé dans les armées depuis 16 ans, il avait notamment servi en Côte d’Ivoire, en Afghanistan, au Tchad et au Mali. Il avait été décoré de la Croix de la valeur militaire au titre de son engagement au Mali".

Il s'agit du deuxième soldat français de la force Barkhane à trouver la mort au Sahel. Il y a tout juste un mois, le 29 octobre dernier, c'est le sergent-chef commando parachutiste de l'air Thomas Dupuy qui avait été tué lors de "violents accrochages" avec un groupe terroriste.

L'opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014 pour succéder à l'opération Serval, qui avait permis d'empêcher les djihadistes de conquérir le Mali. Elle est composée de 3.000 militaires français, appuyés par des hélicoptères, des avions de chasse et des drones. Leur zone d'intervention va de la Mauritanie au Tchad, en passant par le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

 

Il s'agit du deuxième Français qui trouve la mort au Sahel en un mois.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-