Catalogne: Carles Puigdemont renonce à dissoudre le parlement catalan et à convoquer des élections anticipées

Catalogne: Carles Puigdemont renonce à dissoudre le parlement catalan et à convoquer des élections anticipées

Publié le :

Jeudi 26 Octobre 2017 - 17:27

Mise à jour :

Jeudi 26 Octobre 2017 - 17:33
© PAU BARRENA / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Carles Puigdemont, qui s’est exprimé ce jeudi en fin d’après-midi, a considéré que les conditions n’étaient pas réunies pour tenir des élections régionales anticipés. Il a rejeté la faute sur Madrid et sur le gouvernement Rajoy.

Coup de théâtre en Catalogne. Carles Puigdemont a pris la parole ce jeudi 26 depuis le Parlement catalan, qui est réuni en séance plénière, pour annoncer qu'il renonçait à dissoudre la chambre et à convoquer des élections anticipés en décembre prochain a contrario de ce qu'avait annoncé en amont la presse régional.

"Je ne peux pas convoquer ou organiser des élections au Parlement. J’ai essayé légalement de les organiser afin d’éviter l’application de l’article 155. (...) J'ai essayé d'obtenir les garanties nécessaires, mais elles ne sont pas réunies", a expliqué le président de la région autonome. Et d'ajouter: "Il revient au Parlement catalan de décider la marche à suivre face à l'application de l'article 155. (...) Personne ne pourra retirer et n'a le droit de nier la volonté de la Catalogne de dialoguer et de faire de la politique".

Carles Puigdemont a dénoncé la menace brandie par Madrid de mettre en application, suite à un vote du Sénat espagnol vendredi 27, l'article 155 de la Constitution. Ce dernier permet à Mariano Rajoy d'enclencher la mise sous tutelle de la police catalane, du Parlement et des médias publics, pour six mois, le temps d'organiser dans la région des élections début 2018 qui, espère le Premier ministre conservateur, doivent permettre de tout remettre à plat.

"C'est une application hors-la-loi, abusive et injuste qui cherche à éradiquer nos souverainismes et l'ensemble du catalanisme. Elles sont injustes", a fustigé le président de la Généralité.

Le discours livré par Puigdemont était, une nouvelle fois, particulièrement nébuleux et n'a pas permis de définir clairement la stratégie catalane qui renvoie la balle à Madrid. 

Carles Puigdemont ne convoquera pas d'élections anticipées.

Commentaires

-