Chine: appel à la "répression" après les manifestations

Auteur(s)
FranceSoir avec AFP
Publié le 29 novembre 2022 - 18:50
Image
Des habitants se font tester au Covid-19 dans une zone résidentielle confinée, le 29 novembre 2022 à
Crédits
AFP - Noel CELIS
Des habitants se font tester au Covid-19 dans une zone résidentielle confinée, le 29 novembre 2022 à Pékin.
AFP - Noel CELIS

Le principal organe de sécurité chinois a appelé mardi à la "répression" des "forces hostiles", deux jours après des manifestations contre les restrictions sanitaires et pour plus de libertés inédites depuis les mobilisations réprimées par le Parti communiste dans le sang en 1989.

La présence policière dans les rues empêchait pour l'instant tout nouveau rassemblement.

Londres a par ailleurs convoqué l'ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Zheng Zeguang, après l'interpellation dimanche d'un journaliste de la BBC couvrant les manifestations à Shanghai, a annoncé le ministre britannique des Affaires étrangères James Cleverly.

La Commission des affaires politiques et juridiques du parti communiste au pouvoir - qui supervise les forces de l'ordre dans le pays - a estimé qu'il était "nécessaire de réprimer les activités d'infiltration et de sabotage des forces hostiles conformément à la loi", selon le compte rendu d'une réunion, diffusé par l'agence d'État Chine nouvelle.

Le texte estime crucial de "réprimer résolument conformément à la loi les actions criminelles qui cherchent à briser l'ordre social, et protéger avec détermination la stabilité sociale".

Accélérer la vaccination

À Pékin, la Commission nationale de la santé a de son côté annoncé vouloir "accélérer la hausse du taux de vaccination des personnes âgées de plus de 80 ans et à continuer d'augmenter le taux de vaccination des personnes âgées de 60 à 79 ans".

Le taux insuffisant de vaccination en Chine, particulièrement chez les plus âgés, est l'un des arguments mis en avant par le gouvernement pour justifier sa stricte politique sanitaire, avec confinements à répétition, quarantaines à l'arrivée de l'étranger et tests quasi-quotidien pour la population.

En vigueur depuis bientôt trois ans, cette politique a été la cible de manifestations ce week-end dans plusieurs villes, le mouvement de contestation le plus étendu depuis les mobilisations pro-démocratie réprimées dans le sang en 1989.

En toile de fond également, de profondes frustrations vis-à-vis du système politique comme l'ont montré les slogans scandés par la foule, certains exigeant la démission du président Xi Jinping et le départ du Parti communiste au pouvoir.

L'élément déclencheur :  un incendie mortel la semaine dernière à Urumqi, capitale de la région du Xinjiang (Nord-Ouest).

Les restrictions sanitaires sont accusées d'avoir empêché le travail des secours, des arguments balayés lundi par le gouvernement.

"Le prétexte du Covid"

Le contrôle strict des autorités sur l'information et les restrictions sanitaires sur les voyages à l'intérieur du pays compliquent l'estimation du nombre total de manifestants durant le week-end.

Mais un soulèvement aussi étendu est rarissime en Chine, compte tenu de la répression contre toute forme d'opposition au gouvernement. Il a immédiatement suscité l'attention de la communauté internationale.

Le président américain Joe Biden a dit se tenir "informé". Le secrétaire d'Etat Antony Blinken a souligné que la position des États-Unis était "la même partout" et consistait à "soutenir le droit des gens à manifester pacifiquement pour exprimer leur opinion, leurs inquiétudes et leurs frustrations".

Aux États-Unis, les communautés chinoise et ouïghoure (du Xinjiang) ont tenu des veillées en hommage aux victimes des excès de la politique zéro Covid.

"Les autorités utilisent le prétexte du Covid, mais se servent des confinements stricts pour contrôler la population chinoise", a dit à l'AFP une participante chinoise de 21 ans qui a seulement donné son nom de famille, Chen.

Si Pékin maintient pour l'instant sa stricte politique anti-Covid, quelques gestes d'assouplissement sont apparus ces derniers jours.

À LIRE AUSSI

Image
Des policiers surveillent une rue près de la rivière Liangma, site de récentes manifestations contre
Chine: après la grogne anti "zéro Covid", le gouvernement communiste met le cap sur la vaccination
Le gouvernement communiste chinois a décidé mardi d'accélérer la vaccination des personnes âgées contre le Covid-19, deux jours après des manifestations historiques co...
29 novembre 2022 - 11:30
Politique
Image
Covid
"Xi Jinping démission !": les protestations se multiplient en Chine contre le régime communiste et sa politique "zéro Covid"
Des centaines de personnes sont descendues dans les rues dimanche à Pékin, Shanghai et d'autres villes de Chine pour protester contre les confinements à outrance, une ...
27 novembre 2022 - 14:00
Politique
Image
Chine
En Chine, début du confinement autour d'iPhone city
Le confinement "sanitaire" de six millions de personnes a débuté vendredi dans une ville de Chine où se trouve la plus grande usine d'iPhone au monde, après de violent...
25 novembre 2022 - 13:05
Politique > Monde

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.