Conseil de sécurité de l'ONU: réunion d'urgence après le tir d'un missile balistique de la Corée du Nord

Essai nucléaire

Conseil de sécurité de l'ONU: réunion d'urgence après le tir d'un missile balistique de la Corée du Nord

Publié le :

Lundi 13 Février 2017 - 13:00

Mise à jour :

Lundi 13 Février 2017 - 14:12
La Corée du Nord a annoncé ce lundi matin avoir testé avec "succès" un nouveau missile balistique. Ce tir est le premier à avoir été lancé depuis l'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, et est perçu par ce dernier comme un défi. Il sera débattu en urgence par le Conseil de sécurité de l'ONU ce lundi soir, à la demande de Washington, Séoul et Tokyo.
©KNS/KCNA/AFP
PARTAGER :

Lucas Carcano

-A +A

Suite à un nouveau tir de missile balistique effectué par la Corée du Nord, la mission ukrainienne, qui préside actuellement le Conseil de sécurité de l'ONU a annoncé une réunion d'urgence. Cette réunion a été organisée ce lundi 13 à la demande de Washington, Séoul et Tokyo. Selon 20Minutes, elle devrait débuter aujourd'hui à 22h GMT.

Selon le ministère sud-coréen de la Défense, le missile balistique a été tiré dimanche d'une base aérienne située à l'ouest de la Corée du Nord. Il a parcouru environ 500 kilomètres vers l'est avant de tomber en mer du Japon. De son côté, Kim Jong-Un, dirigeant de la Corée du Nord, a exprimé "sa grande satisfaction à posséder un autre puissant moyen d’attaque nucléaire qui renforce la formidable puissance du pays" , rapporte l’agence de presse officielle et locale KCNA. Elle-même a qualifié de "succès" ce tir d’essai d'"un missile sol-sol de moyenne à longue portée Pukguksong-2, nouveau système d’armements stratégiques de style coréen".

Cette manœuvre, effectuée par le régime Pyongyang est en violation de plusieurs résolutions du conseil de sécurité. Premier tir effectué depuis l'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, il a été vécu par ce dernier comme un défi. Le président américain n'a pas réagi directement mais a assuré son "soutien à 100%" au Japon. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe se trouvait justement en visite aux Etats-Unis au moment des faits et a qualifié ce tir d'"intolérable". Depuis le premier essai nucléaire nord-coréen de 2006, le régime de Pyongyang a essuyé six volées de sanctions qui ne l'ont pas convaincu d'abandonner ses ambitions militaires, rappelle le Nouvel Obs.

En 2016, Pyongyang a procédé à deux essais nucléaires et tiré une vingtaine de missiles balistiques dans le cadre de ses programmes visant à maîtriser une technologie qui mettrait le territoire des Etats-Unis à portée des missiles nucléaires dont il veut se doter.

                                              

En 2016, Pyongyang a procédé à deux essais nucléaires et une vingtaine de missiles balistiques.

Commentaires

-