Corée du Nord: un sixième essai nucléaire de la dictature stalinienne pourrait intervenir samedi 15 avril

Corée du Nord: un sixième essai nucléaire de la dictature stalinienne pourrait intervenir samedi 15 avril

Publié le :

Jeudi 13 Avril 2017 - 10:34

Mise à jour :

Jeudi 13 Avril 2017 - 10:44
©KNS/KCNA/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le site d'essais nucléaires de Punggye-ri, dans le Nord de la Corée du Nord, est "prêt" à servir annonce ce jeudi des experts américains. Le régime communiste qui a prévu de célébrer samedi le 105e anniversaire de son fondateur, pourrait en profiter pour tenter un sixième essai nucléaire.

Alors que les tensions entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ont atteint un niveau très important, le régime de Pyongyang pourrait se livrer à une énième provocation contre l'administration Trump et ses alliés dans la région (Japon et Corée du Sud).

La Corée du Nord aurait "apparemment placé un engin nucléaire dans un tunnel" qui pourrait être lancé samedi 15 au matin, a affirme la radio Voice of America (VOA), qui cite plusieurs responsables américains sous couvert de l'anonymat.

De leur côté, les analystes de 38 North (du nom du parallèle sur lequel se trouve la frontière entre les deux Corée), un site internet qui fait autorité sur le régime communiste, ont expliqué que le site d'essais nucléaires nord-coréen Punggye-ri (Nord-est du pays), est "amorcé et prêt" à servir. Ils trient leurs conclusions en se basant sur plusieurs images satellites datées de mercredi 12.

Cette analyse montrerait que la Corée du Nord a achevé ses préparations pour un sixième essai nucléaire et le jour J serait le samedi 15, date du 105e anniversaire du fondateur du pays, Kim Il-sung, appelé également Jour du Soleil. A noter qu'en avril 2012, pour l'anniversaire des 100 ans du fondateur de la "dynastie" Kim, les Nord-Coréens avaient également tenté de le "célébrer" par le lancement d'un missile à longue portée qui avait échoué.

La Corée du Nord avait promis mardi 11 de répondre à l'envoi "insensé" d'un groupe aéronaval américain au large de la péninsule coréenne, avertissant qu'elle était prête pour la "guerre" alors que la tension monte encore d'un cran dans la région.

En plus du puissant porte-avion USS Carl Vinson, qui peut embarquer jusqu'à 80 avions de combats, la flotte américaine se compose de deux destroyers et d'un croiseur lance-missiles qui disposent d'un arsenal conséquent de plus de 150 missiles Tomahawk.

Le président américain Donald Trump a pour sa part menacé d'une action unilatérale américaine contre la Corée du Nord si la Chine, alliée du régime de Pyongyang, ne réussissait pas à faire rentrer dans le rang à son turbulent voisin.

Selon le centre d'études conservateur américain Heritage Foundation, Pyongyang dispose probablement de 10 à 16 bombes nucléaires. Il est possible que le régime ait réussi à les miniaturiser et, au moins, à les installer sur un missile balistique à moyenne portée Nodong, capable d'atteindre le Japon. La Corée du Nord dispose également d'un arsenal chimique et bactériologique non-négligeable qui pourrait avoir des conséquences désastreuses s'il était employé sur les zones densément peuplées de son voisin du sud et du Japon.

Par ailleurs, le dictateur nord-coréen Kim Jong-un a supervisé des manœuvres militaires de ses forces spéciales, rapportent ce jeudi 13 les médias d’État nord-coréens, au moment où la tension monte entre Pyongyang et Washington au sujet du nucléaire. L’agence officielle nord-coréenne KCNA n'a pas tari d'éloge sur cette opération, arguant que: "Cet exercice montre à nouveau que les envahisseurs imprudents testeront le goût des balles de notre Armée populaire coréenne et de la guerre".

La Corée du Nord avait promis mardi 11 de répondre à l'envoi "insensé" d'un groupe aéronaval américain vers la péninsule coréenne.


Commentaires

-