Cour internationale de justice: pas de génocide entre Croates et Serbes entre 1991 et 1995

Cour internationale de justice: pas de génocide entre Croates et Serbes entre 1991 et 1995

Publié le :

Mardi 03 Février 2015 - 14:45

Mise à jour :

Mardi 03 Février 2015 - 16:15
©Peter Dejong/AP/Sipa
PARTAGER :
-A +A

La Cour internationale de justice a rendu sa décision: la Serbie n’a pas commis de génocide contre les Croates, et la Croatie, non plus, n’en a pas commis contre les Serbes, lors du conflit qui a opposé les deux pays au début des années 90.

La plus haute instance de justice des Nations Unis était invité à se prononcer sur des faits de génocides perpétrés entre 1991 et 1995 lors du conflit a qui a opposé la Serbie et la Croatie suite à des plaintes déposées par les deux pays. La Cour internationale de justice (CIJ) a jugé qu'aucun des deux belligérants n’avaient commis de génocide lors de ce conflits.

Belgrade et Zagreb, qui s'accusent mutuellement de ce crime, le plus grave en droit pénal international, ont d'ores et déjà promis de respecter ce verdict. Peter Tomka, président du plus haut organe judiciaire de l'ONU, a annoncé sa décision en deux temps. "La Croatie n'a pas réussi à prouver ses allégations selon lesquelles un génocide a été commis" par les Serbes a-t-il d'abord déclaré, avant d'ajouter que la Serbie n'avait pas non plus "réussi à prouver un acte de génocide (...) contre la population serbe". 

Le conflit serbo-croate, l'un des nombreux provoqués par l'éclatement de la Yougoslavie durant la dernière décennie du XXe siècle, a fait environ 20.000 morts entre 1991 et 1995. C'est la proclamation d'indépendance de la Croatie vis-à-vis de la Yougoslavie, en 1991, qui a été le casus belli d'une guerre entre les forces croates et des sécessionnistes serbes vivant dans le sud de la Croatie et les troupes fédérales yougoslaves, essentiellement composées de Serbes.

La CIJ avait été saisi une première fois par la Croatie en 1999 pour le motif q'un génocide aurait été perpétré contre des populations croates par les Serbes, demandant des "réparations financières". La Serbie avait répliqué en 2010 par une contre-plainte sur le même motif, accusant Zagreb de génocide pour l'opération militaire croate ayant mis un terme à la guerre en 1995, pendant laquelle quelques 200.000 serbes avaient dû fuir la Croatie.

Si ce verdict semble arrangé tout le monde, le Premier ministre croate Zoran Milanovic a exprimé son mécontentement après la décision de la Cour internationale de justice, "nous sommes mécontents de la décision de la Cour mais nous l'acceptons d'une manière civilisée. Nous devons accepter la décision (...) elle est définitive et il n'y a pas la possibilité de faire appel".

Le président serbe Tomislav Nikolic pour sa part a expliqué qu'il souhaitait une "paix durable" dans les Balkans et que ce jugement y contribuerait.

 

La Cour internationale de justice a tranchée, il n'y a eu aucun génocide entre Serbes et Croates dans les années 1990.


Commentaires

-