Davos: Valls veut éviter un" "Brexit" mais "pas à n'importe quel prix"

Davos: Valls veut éviter un" "Brexit" mais "pas à n'importe quel prix"

Publié le :

Jeudi 21 Janvier 2016 - 10:30

Mise à jour :

Jeudi 21 Janvier 2016 - 10:33
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Le "Brexit", une sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni, serait "une très mauvaise chose", a déclaré ce jeudi Manuel Valls au forum économique mondial de Davos. Une hypothèse qui doit être évitée, a-t-il ainsi jugé, "mais pas à n'importe quel prix".

Le Premier ministre français Manuel Valls veut éviter une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, qui serait une erreur, mais pas à n'importe quel prix, a-t-il dit ce jeudi 21 au forum économique mondial à Davos.

Un "Brexit" "serait incontestablement une mauvaise chose, une très mauvaise chose", a-t-il dit devant quelques journalistes, ajoutant: "il doit y avoir un accord (entre la Grande-Bretagne et l'UE pour l'éviter, NDLR) mais pas à n'importe quel prix".

Le Premier ministre britannique David Cameron a promis à ses concitoyens une consultation sur une éventuelle sortie de la Grande-Bretagne de l'Union. Celle-ci pourrait se tenir dès 2016, notamment en cas d'accord lors d'un sommet les 18 et 19 février à Bruxelles sur les négociations en cours entre l'UE et l'exécutif britannique qui demande des réformes de l'Union européenne.

David Cameron a formulé des demandes dans quatre domaines, auxquelles il souhaite avoir des réponses avant d'organiser un référendum sur le maintien de son pays dans l'UE, peut-être dès l'été prochain.

Le point le plus controversé concerne les aides sociales aux immigrants issus de l'UE: le Premier ministre britannique voudrait imposer un moratoire de quatre ans avant tout versement.

Le dossier avance, mais "il n'y aura pas de compromis sur les valeurs fondamentales comme la non-discrimination et la liberté de circulation", a prévenu mardi 19 devant le Parlement européen le président du Conseil européen, Donald Tusk.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :


Un Brexit "serait incontestablement une mauvaise chose, une très mauvaise chose", a déclaré Manuel Valls.

Commentaires

-